Beauté

Interview : confidences d’Eimadolly, la youtubeuse beauté wtf qui « bam »

 @eimadolly

Sa bonne humeur contagieuse n’a aucun mal à traverser l’océan qui nous sépare, et on ne s’en lasse pas ! Eimadolly s’est confiée à la rédaction de Vloggist et nous raconte sa nouvelle vie !

Elle a 30 ans, et tout « baaaam » chez elle ! Pétillante, spontanée et rigolote, elle était agent immobilier et a tout plaqué pour suivre son cher et tendre aux Etats-Unis, où elle a ouvert sa chaine Youtube.

Raconte-nous comment t’es venue l’idée de te lancer sur Youtube !

Je suis arrivée aux USA sans permis de travail donc je trouvais le temps un peu long. Je suivais des chaines Youtube depuis environ 6 mois – un an, et je me suis dit que j’allais m’y mettre. Au départ, c’était vraiment pour passer le temps!

As-tu senti une différence aux USA en termes de créativité ? Par rapport à la France ?

Le Youtube Américain est totalement différent du Youtube Français. Au-delà du nombre de vues, il y a des concepts, comme le vlog par exemple, qui marchent ici et qui marchent moins en France. Après, je dirais que les Américains sont peut-être un peu plus libérés, ils se moquent un peu plus de certaines choses, sans s’en prendre plein la tronche sous la vidéo. C’est une autre ouverture. Mais c’est aussi la mentalité du pays !

JOUR 2!! Hollywood et un Trail dans les collines ❤️ #pekinexpress #california #trip #travel #hollywood #carselfie

Une publication partagée par Eimadolly (@eimadolly) le

GO BACK home ❤️ ???? #Vlog #backhome #nyc #lamaison #home

Une publication partagée par Eimadolly (@eimadolly) le

Tu avais quand même une petite fibre théâtrale avant de lancer ta chaine, je me trompe ?

Oui, complètement ! J’ai fait du théâtre, surtout au lycée. D’ailleurs quand j’étais jeune je voulais faire les Cours Florent. Après, quand on y réfléchit, mon métier d’agent immobilier, c’était un peu du théâtre aussi ! On se met en scène de la même manière.

Trouves-tu de l’inspiration sur Youtube ?

J’avoue que je regarde très peu de Youtubers, je m’inspire très peu des autres parce que je n’ai pas envie d’être influencée par ce qu’ils font. Je traine vraiment de mon côté sur Internet, sur des articles, des sites d’un peu partout dans le monde… En fait je trouve mes idées partout, sauf sur Youtube !

Et tu les déniches où, tes idées de tests insolites ?

Je vais tous les jours regarder ce qui se fait. Ça m’arrive de taper « what the fuck objet insolite » dans ma barre de recherches Google ! Et puis, maintenant que je suis très bonne cliente sur Amazon, ils me proposent des objets spontanément qui n’existent nulle part ailleurs ! Je regarde aussi la télévision ici, et parfois, il y a des concepts que je trouve intéressants. Même si je sais que Youtube et la télévision sont deux mondes totalement différents.

Chez Vloggist, on est très curieuses. On a très envie de savoir ce que tu fais, quand tu ne travailles pas sur ta chaine. Tu nous racontes ?

En fait, pour tout vous dire, les Américains ne comprennent pas trop, quand on suit son mari ici, qu’on ait besoin de travailler. C’est comme dans Desperate Housewives ! Du coup, je n’ai accès qu’à des métiers d’étudiants. En ce moment, je suis à mi-temps chez Victoria’s Secret. Ca me va bien, j’ai des promos et des culottes gratuites ! C’est juste pour avoir une vie sociale, sinon c’est un peu difficile. En fait, j’ai la chance de vivre plutôt confortablement de mes revenus Youtube depuis un peu plus d’un an.

Mais j’aimerais bien monter une agence immobilière pour les expatriés plus tard ! Ça me plairait de reprendre l’immobilier ici.

Du coup, combien de temps par semaine consacres-tu à ta chaine ?

Moult temps ! Ici, on n’a pas de CDI ni de CDD, ça n’existe pas. On peut m’appeler d’une semaine à l’autre pour me faire venir travailler. Parfois je dois venir 2h dans la journée, parfois sur certaines semaines je ne bosse que 5 heures. Tout le temps que j’ai en dehors, je le consacre à Youtube.

Y a-t-il des choses que tu aimerais faire en plus sur ta chaine ? Des nouveaux formats que tu souhaiterais expérimenter ?

En fait, je n’écris pas mes vidéos, c’est du spontané. Alors j’avoue que la barrière du script me fait peur et je ne sais pas si je me sentirais à l’aise. Il faudrait que j’ai un sujet et qu’on me laisse improviser, quitte à ce qu’il y ait 4h de montage derrière !

Mais je vous avoue que je ne me pose pas la question. Je fais ce que j’aime faire. Du moment que je suis épanouie, je ne me demande pas ce que j’aimerais faire de plus. Ca ne me vient pas à l’idée. Mais si on vient me voir avec une idée qui me plait, pourquoi pas !

Ta vidéo dont tu es la plus fière ?

Je dirais que c’est celle des attentats de Paris. En tout cas, c’est celle qui a nécessité le plus de travail et dans laquelle j’ai mis beaucoup d’émotion. J’avais eu des bons retours, sachant que ce n’est pas facile de traiter de ce genre de sujet. C’est celle dont je suis le plus fière. Enfin, en même temps, c’est aussi une des seules que je n’ai jamais re regardé, c’est un peu paradoxal !

Chez Vloggist, on sait que la popularité peut avoir un revers assez difficile. Est-ce que tu te sens impactée par les commentaires négatifs que tu peux avoir sous tes vidéos ?

Je pense que le fait d’être aux Etats-Unis me protège. Quand je fais mes courses, personne ne me voit. Je suis dans mon cocon ! Après, concernant les commentaires négatifs, franchement je m’en fou ! Mais alors à un point ! Dans ma vie, pour me faire mal, il faut y aller. Moi, ça me fait rire ! Je réponds aux commentaires. J’en demande, j’en n’ai pas assez à mon goût ! Parce que soit c’est du haters et ça me fait rire, soit ça peut devenir constructif et je suis vraiment ouverte à tout ! Ca m’atteint pas du tout.

Qu’est-ce que tu penses de la place de la femme sur Youtube ?

En fait, de là où je suis, je n’ai pas l’impression que Youtube soit particulièrement sexiste. D’ailleurs, j’ai pas mal de mecs qui me suivent. Dans le lifestyle-beauté, les femmes sont un peu les reines. Dans l’humour aussi je trouve qu’elles sont assez bien représentées. Après, il faut dire que je ne suis pas spécialement sensible au féminisme. J’ai tellement de recul et de second degré sur plein de choses que des fois je prends le truc avec humour, alors que d’autres le prendraient comme une attaque.

Ton conseil pour celles qui débutent sur Youtube ?

Je vais dire un truc bateau, mais il faut être-soi-même et avoir un sacré mental. Au départ j’ai commencé par de la beauté classique parce que c’est ce que je suivais, puis je suis partie dans mon truc. La clef, c’est de faire son truc à soi sans regarder ce que font les autres. C’est là qu’on est le plus épanoui. Il faut aussi essayer d’avoir du recul sur les commentaires. Je pense que ça détruit des gens. Mais les gens ne te connaissent pas. Moi j’ai ma vie de Youtubeuse, et ma vraie vie. Et c’est deux choses différentes !

Pour finir, est-ce que tu peux nous confier une de tes anecdotes beauté qui aurait mal tournée ?

Quand j’étais au collège, les filles avaient des extensions au bout des cils pour se faire un œil de chat. Du coup moi, pour faire comme elles, vu que j’avais les cils super longs, j’ai coupé juste l’intérieur du cil, le coin. C’était très moche ! Personne n’avait remarqué mais moi je ne voyais que ça. Ca a mis des années à redevenir normal. D’ailleurs, je pense qu’on peut encore le voir sur mes vidéos !

Cliquez ici pour notre Top 10 des tests les plus WTF d’Eimadolly !

Les premières neiges!!! Ça BAAAAAM! Avec en fond le @neoneptune à la balayette ????❄️❄️????⛄️ #Snow #winter2016

Une publication partagée par Eimadolly (@eimadolly) le