Beauté

Shopping : comment sublimer nos bouches ?

 rouge à lèvres femme

C’est l’arme de séduction la plus redoutable, capable de nous redonner de l’éclat ou de changer notre look en deux secondes,  le rouge à lèvres est notre premier allié beauté.  Mais si enfant, on pouvait chiper le rouge à lèvres de notre mère sans se soucier de sa couleur ou de sa texture, adulte, il faut en connaître les règles pour éviter les dérapages et en tirer le meilleur.

Comment le choisir ?

On choisit d’abord son rouge à lèvres en fonction de la forme de ses lèvres. Pour les bouches fines, on évite le mat (qui rétrécit) et on mise sur une texture brillante ou satinée. Les plus charnues peuvent au contraire abuser des mates et préféreront les textures translucides aux gloss qui peuvent donner un effet vulgaire sur des lèvres déjà naturellement bombées. Côté couleur, on part de la teinte de notre peau et de la couleur de nos cheveux pour choisir la bonne. Et on n’oublie pas, s’il vous plait, celle de ses dents… rien de plus désastreux qu’un rouge vif qui souligne des dents jaunies. Après, c’est une affaire de goût et d’envies. Pour les peaux claires, des teintes abricotées aux rouges profonds en passant par les roses, on peut tout se permettre l’important étant de rehausser son teint par la couleur (on évite donc les teintes trop pâles ou les beiges ternes, et les teintes très foncées pour les brunes, à moins d’aimer le look gothique). Pour les peaux dorées à mates, on mise sur des couleurs plus flashy (rouges brûlants, rose corail, teintes orangées et prunes). Petite astuce, en magasin, on porte le tube de rouge à lèvres à côté de notre visage pour trouver la meilleure harmonie.

Comment l’appliquer ?

Avant tout, on hydrate, avec un baume ou un petit coup de labello, et on se pince les lèvres pour faire circuler le sang. On redessine ensuite le contour de nos lèvres en appliquant un peu d’anticerne ou de correcteur autour de la bouche. Pour colorer les lèvres, l’application au raisin (le bâton) risque de provoquer quelques dérapages incontrôlés. Si on n’a pas le choix, on appuie peu et on commence par la lèvre supérieure et le centre, avant d’étirer vers les commissures. On répète ensuite la même chose pour la lèvre inférieure et on finit en pinçant ses lèvres dans un mouchoir pour homogénéiser et enlever les excès. Plus sûre et naturelle, l’application au doigt ; on procède de la même façon mais en prélevant la matière sur le raisin avec notre doigt. Le tips ; pour éviter les excès mais intensifier la couleur, on tapote ses lèvres avec un mouchoir et on réapplique ensuite de la matière. Enfin, pour un effet plus net, on applique son rouge au pinceau en commençant toujours par le centre pour étirer ensuite vers l’extérieur des lèvres. Et pour donner un peu d’éclat et fixer la couleur, on ajoute une touche de gloss au centre.

Quid du crayon ?

Pamela Handerson et ses copines en ont fait un produit risqué mais qui a ses avantages si on sait l’utiliser. Pour redessiner les lèvres, on le choisit de la même teinte que son rouge ou un tout petit peu plus foncé, et on commence par le centre et le V de la lèvre supérieure. On peut aussi l’utiliser pour fixer le rouge, dans quel cas on choisit la même teinte et on hachure délicatement nos lèvres avec avant d’harmoniser au doigt et d’appliquer son rouge.

Quand le porter ?

C’est toute la magie, on peut le porter tout le temps. On préférera les nudes et teintes naturelles en journée, et les couleurs plus foncées ou les rouges flash le soir. L’hiver, on fait attention aux teintes sombres pour ne pas paraître pâlotte, et l’été on se lâche sur les couleurs. Enfin, on n’oublie pas qu’un rouge à lèvres s’accorde d’abord avec sa tenue ; en t-shirt blanc et jean, rien de mieux qu’un rouge bien vif pour en faire un look fort ; le soir, un rouge sombre ou au contraire une teinte très rosée sublime une petite robe noire ; et au bureau, en chemise, un prune ou un beige foncé, souligne notre féminité. Dernière règle sacro-sainte : on ne mixe jamais un maquillage appuyé des yeux et un rouge à lèvres vif. Mais vous savez n’est-ce pas ?  

La sélection de la rédac :