Lifestyle

Adopte un mec, ou l’entremise (souvent) ratée de nos amis

 Adopte un mec, ou l'entremise (souvent) ratée de nos amis

C’est bien connu, quand on est célibataire, le sport favori de nos amis bien installés dans leur couple est de s’efforcer de nous trouver une ou un compagnon.

Cette quête les passionne, et ils peuvent y consacrer une énergie folle. Combien de dîners guet-apens, de séance de cinéma planifiées, de sorties arrangées, n’ont elles pas été organisées pour le ou la bonne copine célibataire.

Et ce ton, toujours ce bon ton, plein d’enthousiasme. N’entendez vous pas votre bonne amie, vous dire: “bah, attends, Pierre il est célib non ? Vous iriez parfaitement ensemble”

C’est dans cette affirmation, portée haut chaque jour par les hérauts de l’engagement, que se cache le mystère de leurs bonnes intentions.

Car oui, admettons-le, admettez-le : la probabilité pour que les deux êtres concernés, se plaisent, est souvent faible voire nulle. Avait-elle de la “merde dans les yeux” quand elle a pensé à Pierre? Non, elle a vraiment cru bien faire. Mais l’alchimie entre deux êtres ne se résume pas à un catalogue de caractéristiques. Et bien souvent, la recherche d’un partenaire pour un ou une ami, est pour celui qui s’y attelle, un moyen de revivre, par procuration, les palpitations des premières rencontres, ou tout du moins, le souvenir qu’il en a (encore).

Si cette facétie s’applique allègrement à tout célibataire, elle s’amplifie de manière exponentielle dans le cas des homosexuels. Et ce pour une raison très simple : l’effet rareté. Et oui, les amis hétérosexuels, n’ont, dans leur besace, qu’un stock limité d’homosexuels. Et donc, leur sport favori consiste à vouloir les mettre ensemble !

Mais… rendons à César.. il arrive parfois que cet acharnement entremetteur trouve échos.

Mais ne vous y trompez pas, l’exception n’est point la règle.

Alors, Help yourself, et le ciel t’aidera. Ou pas.

A suivre

#chroniquesdefrançois