Lifestyle

Au coin du feu

 Comment faire si on n’a pas déjà une cheminée chez soi ? (Cheminée éthanol Lima)

Comment faire un feu de cheminée chez soi sans vivre dans un manoir ou un chalet à la montagne (et même sans avoir de cheminée !) 

Parmi les délices que l’hiver amène avec lui se trouvent les feux de cheminée. Rien de meilleur que de rentrer chez soi après une longue journée pour se lover au coin du feu. Oui, mais ça c’est dans les films direz-vous, à moins de vivre à la campagne ou à la montagne, en ville, rares sont ceux qui ont une cheminée chez eux ou qui savent s’en servir quand ils en disposent. Oui, mais ça c’était avant répondrons-nous, avant qu’on vous dise comment vous offrir de longues nuits à vous réchauffer près des flammes, avec ou sans cheminée chez vous !

 

 Cheminées et bruleurs, Univeco Sublima

A-t-on le droit ? 

Avant toute chose, un petit point juridique s’impose. Pour ceux qui s’en souviennent, un feuilleton juridique digne de Dallas avait failli, il y a bientôt deux ans, interdire aux Franciliens d’utiliser leurs cheminées. Le 1er janvier 2015, un arrêté avait en effet mis fin à la tolérance juridique qui autorise les habitants de la région Ile-de-France à se servir de leurs cheminées, non pour se chauffer, mais à titre d’agrément. Ségolène Royal, alors ministre de l’Ecologie, était montée au créneau pour faire lever cette interdiction, ce qui fut chose faite quelques mois plus tard, après moult batailles contre l’association Ecologie Sans Frontières. Désormais, et jusqu’à nouvel ordre, les Franciliens comme le reste des Français ont donc bien le droit d’utiliser leurs cheminées ou poêles, comme agrément dans un foyer ouvert, et comme chauffage dans un foyer fermé.

Comment utiliser sa cheminée ? 

Ceci étant su, reste à apprendre comment allumer un feu dans sa si jolie cheminée et faire de son atout déco, un vrai foyer à flammes. Première chose, veiller à ce que sa cheminée ait bien été ramonée récemment, les arrêtés préfectoraux ou municipaux obligent d’ailleurs les propriétaires ou locataires à faire ramoner leur cheminée au moins deux fois par an. Au-delà des amendes risquées, c’est sa vie qu’on joue si on s’amuse à faire prendre un feu dans une cheminée mal entretenue. On vérifie donc doublement. On s’enquiert ensuite, auprès de son syndic, de savoir si les feux sont autorisés dans les parties privatives (c’est souvent le cas). Une fois tout cela en ordre, on file s’acheter le matériel nécessaire ; des chenets (pour éviter que les bûches ne roulent hors de la cheminée), des bûches, du petit bois (on peut aussi récupérer le bois des cagettes des épiciers ou marchés), du papier journal, un soufflet, un tison. Et on s’y met. On commence par bien nettoyer l’âtre pour y disposer des boulettes de papier journal (non de magazines) entre les chenets. On forme ainsi une petite pyramide de 5-6 feuilles roulées en boule sur lesquelles on vient placer le petit bois (brindilles sèches, morceaux de cagettes, pommes de pin). Pour les moins nature et découverte et les plus fainéants, on peut aussi acheter un allume-feu écologique et inodore. On place ensuite les bûches, des plus petites aux plus grosses, par-dessus, et on allume le feu en plaçant l’allumette craquée à la base de notre pyramide pour faire prendre les feuilles de papier journal. Les premières flammes étant souvent grandes, on place un pare-feu et, au besoin, on titille les bûches ou utilise le soufflet pour aider le feu à prendre et le relancer lorsque les premières bûches sont consommées. On n’oublie pas d’ajouter du bois au fur et à mesure pour ne pas faire mourir le feu, et on se love amoureusement à côté pour se réchauffer.

 

 Au coin du feu

Comment faire si on n’a pas déjà une cheminée chez soi ? 

Si autrefois les cheminées étaient courantes, dans les appartements modernes on n’en voit peu et tout le monde n’a pas de cheminée chez soi. Mais il existe des solutions qui permettent aux appartements les plus récents d’avoir la leur et à leurs propriétaires/locataires d’ajouter une touche déco chic et utile à leurs intérieurs ; les cheminées bio éthanol. A la différence des poêles à bois ou à granulés qui peuvent aussi remplacer les cheminées traditionnelles mais doivent être raccordés à un conduit d’évacuation pour que la fumée n’envahisse pas la pièce, les cheminées bio éthanol sont élégantes et très faciles d’utilisation. Aucun raccordement, conduit d’évacuation ou tuyau n’est nécessaire. Mobiles, elles se posent à l’endroit souhaité, y compris dans les cheminées existantes (mais non fonctionnelles) ou peuvent s’’accrocher au mur pour un effet encore bluffant. Le principe ? On remplit le réservoir de la cheminée de bioéthanol (un combustible issu de matières végétales) qui, au contact du liquide de combustion situé dans le brûleur, s’enflamme. Il suffit donc d’allumer sa cheminée à l’aide d’une longue allumette pour voir surgir ses flammes bleues et orangées et sentir sa chaleur. Très prisées par les fans de déco pour leur aspect design, elles chauffent toutefois assez peu et ne peuvent pas remplacer un chauffage traditionnel.  Avec des prix allant de 100 à 2 000 euros selon les modèles, elles conviennent à tous et s’adaptent à tous les goûts. On veillera seulement à l’installer dans une pièce de plus de 35 m2 pourvue d’une bonne aération (on évite la salle de bain et la chambre) et à choisir un modèle soumis à la norme AFNOR NF D35-386 instituée pour renforcer la sécurité de ces cheminées (qu’on accusait de libérer trop de monoxyde de carbone et d’humidité).

A vos tisons !

 Au coin du feu, cheminée éthanol