Lifestyle

Ça Vaux le coup !

Les longs week-ends sont souvent l’occasion d’aller découvrir des contrées auxquelles on ne penserait pas d’habitude. Le château de Vaux-Le-Vicomte fait partie de ces lieux qu’on connaît, sans vraiment connaître, qu’on situe mal en Ile-de-France et dont on présume la l’importance plus qu’on ne l’envisage. Et à défaut ! Car oui, chers amis, Vaux-Le-Vicomte Vaux le détour (je n’ai pas pu m’empêcher ce calembour que je sais pourtant de bien faible valeur). Vaux-Le-Vicomte donc. Situé en Seine-et-marne, le château est l’oeuvre d’un joli quatuor qui va marquer l’histoire de France, à la fois d’un point de vue artistique pour ceux qui l’ont conçu et politique pour celui qui en est à l’origine. Il s’agit bien entendu de Nicolas Fouquet, le très riche et très influent surintendant des finances du jeune Louis XIV. La légende voudrait que le faste du château et l’opulence que Fouquet y déploya en cette nuit du 17 août 1661 en l’honneur du Roi pas encore Soleil, impressiona ce dernier au point de le rendre fou de jalousie et de faire arrêter Fouquet le 5 septembre de la même année à Nantes.

 Chef d’œuvre du 17e siècle, Vaux-le-Vicomte fut le théâtre d’événements historiques marquants et le témoin de l’éviction tragique de son créateur, Nicolas Fouquet, emprisonné à la suite d’un procès rocambolesque.

Les historiens ayant toujours plus peur des mythes que n’en n’ont les romanciers, cette thèse semble aujourd’hui un peu erronée du moins très largement incomplète. Dans “Le Procès Fouquet” Simone Bertière rappelle dès son prologue que les bases de l’arrestation de Fouquet étaient déjà posées bien avant cette fameuse soirée grandiose. Colbert y serait pour beaucoup, mais pas seulement. Bref. Revenons au château. Les trois autres personnages clés de l’édifice, pour ne pas dire principaux, sont l’architecte Louis Le Vau, le paysagiste André Le Nôtre et le peintre Charles Le Brun. Ce trio de génie va poser ici les bases d’un style français qui deviendra, grâce à Louis XIV le style Grand Siècle de Versailles que les cours d’Europe envieront et copieront de Saint-Pétersbourg à Postdam en Prusse en passant par Caserte à côté de Naples. C’est donc un tout architectural dans lequel le pavillon du château (Le Vau) compte autant que les somptueux plafonds des grands appartements d’apparat (Le Brun) et bien que sûr que la perspective des Jardins, structurés et ordonnés par Le Nôtre. Si les appartements privés du premier étage ne sont pas dans un très bon état, malgré les efforts des propriétaires privés (et doivent nous rappeler à quel point nous avons la chance d’avoir un État aussi soucieux de son patrimoine culturel comme le montre le bon état du château de Versailles), les pièces attenantes à la Rotonde, c’est à dire les appartements du Roi et les appartements de Fouquet sont sublimes de beauté ! Dans l’axe, l’alignement des jardins à la française, sur près de trois kilomètres de long sont un exemple du genre. Les parterres taillés alternent avec des plans d’eau en contre bas d’où surgissent des fontaines et se terminent sur un grand bassin dans lequel se verse une cascade… Prélude au château de Versailles, bien que plus petit en taille et en faste, Vaux-Le-Vicomte est une très belle idée pour passer le temps,  à seulement 1h de Paris…

A voir, absolument !

A suivre.