Lifestyle

Chacun sa route, chacun son bouquin

 A chaque destination son livre. Lequel sera le vôtre ?

Pour les vacances, chacun a ses envies. Certains ne rêvent que de se prélasser au bord de l’eau et de dormir dans un hamac le soir venu ; d’autres préfèrent entreprendre le marathon des festivals et des fêtes ; d’autres encore courent les musées et les villes d’histoire. Et à chaque destination son livre. En voici cinq !

Plages et farniente /

Pour les amoureux du sable chaud et des apéros prolongés, rien de mieux qu’un livre plein de langueur et de chaleur. Côté classique, Belle du seigneur d’Albert Cohen ou la fabuleuse histoire d’amour d’Ariane et Solal saura réchauffer les plus prudes sans tomber dans les bassesses littéraires de certains romanciers contemporains. Plus moderne, Oona et Salinger de Frédéric Beigbeder nous emporte cette fois dans le New-York des années 40 où un jeune écrivain, Jerry Salinger, rencontre par hasard dans un club, la fille d’un des plus grands dramaturges américains, Oona O’Neill. Elle a 6 ans de moins que lui mais toute la beauté de  sa fougue, il va l’aimer fort mais peu, car bientôt Pearl Harbor l’appelle, et Hollywood réclame sa future star. Histoire d’amour impossible, histoire de lits et de ratures, amour de la littérature, on se jette dessus.

 Oona et Salinger, Beigbeder

Fêtes et champagne /

Si vous êtes plus Berlin et Ibiza que Porquerolles et que vous voulez continuer à battre le rythme de la musique en lisant, découvrez Oscar Coop-Phane. Jeune révélation des ces dernières années, lauréat du prix de Flore pour son premier roman Zénith Hôtel, son Demain Berlin croise les destinées de trois jeunes hommes à Berlin, trois amis en quête d’eux-mêmes et de vie décuplée qui vont s’y retrouver pour mieux s’y perdre. Pour les moins romanesques et les plus anthropologues, on lit l’essai du philosophe Pierre Michon, Ibiza mon amour, dans lequel il décrypte les raisons du succès de l’île sur laquelle il vit à mi-temps depuis plus de trente ans et qu’il nous tend comme le miroir de nos sociétés occidentales. Enfin, pour ceux qui ne le connaissent pas, on se jette sur Ingrid Caven, le roman du dernier grand dandy décadent français, Jean-Jacques Schuhl. Honoré par le Goncourt en 2000, Schuhl y peint le portrait magnifique de celle qui fut l’épouse de R. W. Fassbinder, l’égérie d’Yves Saint-Laurent, et sa femme, l’actrice et chanteuse Ingrid Caven.

Visites et musées /

Pour les accros des musées et les assoiffés de culture, on choisit l’une des biographies écrites par Stefan Zweig ; Marie-Antoinette, Erasme, Marie Stuart, Magellan ou encore Balzac, on a l’embarras du choix. Plus jeune mais non moins doué, François-Henri Désérable s’est lui-même essayé à l’art biographique dans son deuxième roman, Evariste, qui retrace la vie d’Evariste Gallois, le Rimbaud des mathématiques mort en duel à vingt ans. A sa manière, moderne et audacieuse, Désérable fouille le destin et la conscience de son personnage en pleine révolution de juillet 1830.

 Evariste

Bateau et pieds dans l’eau /

Grand succès de ces derniers mois, le magnifique Grand marin de Catherine Poulain nous emporte sur les mers où cette aventurière a passé sa vie, embarquée à bords de navires de pêche et parmi les hommes. Pour les plus classiques, on relit Robinson Crusoé de Daniel Defoe, premier roman d’aventure anglais et chef d’œuvre de la littérature dont le titre complet dit clairement le programme ; La Vie et les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé de York, marin, qui vécut 28 ans sur une île déserte sur la côte de l’Amérique, près de l’embouchure du grand fleuve Orénoque, à la suite d’un naufrage où tous périrent à l’exception de lui-même, et comment il fut délivré d’une manière tout aussi étrange par des pirates. Écrit par lui-même.

 Grand marin de Catherine Poulain

France et châteaux /

Si vous partez à l’assaut des châteaux de la Loire ou sur la route des vins français, Les rois maudits sont faits pour vous. Grande saga signée Maurice Druon, elle débute au XIVème siècle alors que Philippe Le Bel règne d’une main de fer sur la France et met en scène les intrigues et trahisons que l’accès au trône de France va provoquer. Tirée d’une histoire qu’on croirait inventée tant elle est romanesque, la valse des Rois Maudits nous entraîne dans les révolutions de palais et les guerres pour nous faire traverser l’histoire de France avec élan. Plus centré et personnel, le portrait que dresse Clara Dupont Monod d’Aliénor d’Aquitaine, reine de France dont l’évêque de Tournai disait qu’elle était diable, nous fait plonger dans la France du XIIème siècle en nous ensorcelant.

 Les rois maudits