Lifestyle

Guide anti-panique : les 5 points clés à connaître sur la pilule du lendemain

 Guide anti-panique : les 5 points clés à connaître sur la pilule du lendemain

« Tout, tout vous saurez tout sur »…la pilule du lendemain ! Le vrai, le faux, les grosses questions, les petites douleurs, les heures…

La contraception, une réussite emblématique du combat des femmes pour leur liberté sexuelle. Mais aucune n’est à l’abri d’un accident…Pas drame, la pilule du lendemain vient à votre rescousse. Face à la situation, on peut se sentir seule ou sans information. Voici un guide anti-panique pour mettre un terme aux légendes urbaines. Cela ne restera pas entre nous et pourra alléger un certain nombre d’entre vous. Les pharmaciens ont leur serment de Galien, chez Vloggist nous prêtons serment de vous éclairer et diffuser largement toutes ces réponses aux questions qui parfois, restent en suspens ! Voici les points clés étoffés à l’aide du pharmacien Kevin Dahan, qui officie à la Pharmacie de Roland Garros à Boulogne-Billancourt.

1 – Le bon timing ?

Plus on prend rapidement la pilule du lendemain après le rapport « à risque » plus on a de chances de succès ! Le délai entre l’acte et la prise ? 5 jours maximum. Son taux d’efficacité passe de 95 % le premier jour à 58 % le troisième jour. Elle se présente sous forme de comprimé à avaler avec un verre d’eau. Les deux marques existantes sont Norvello (depuis 15 ans) et EllaOne (qui est sur le marché depuis 6 ans).

2 – Après la prise on est tranquille ? Quelle est l’efficacité ?

L’utilisation de la contraception orale d’urgence doit rester exceptionnelle. Elle n’est pas efficace à 100% et ne doit pas remplacer une contraception régulière. Il n’y a pas de limitation de prise, en revanche, une prise trop fréquente et rapprochée risque de décaler l’ovulation et d’annuler les effets de la pilule. Le risque de grossesse est augmenté.

Attention, si vous vomissez dans les 3 heures qui suivent la prise, il est nécessaire de prendre un nouveau comprimé.

Comme on ne peut pas être certain de l’efficacité de la prise, il est recommandé de bien surveiller l’apparition des prochaines règles, pour tout retard supérieur à 5 jours, il faut faire un test de grossesse. Si la date des règles n’est pas fiable, il faut effectuer un test de grossesse urinaire 3 semaines après le rapport à risque. Les règles peuvent être décalées de 4 à 5 jours, car la pilule du lendemain agit sur l’ovulation. Certaines vont avoir des règles avancées, d’autres retardées.

3 – Ça fait mal docteur ? Quels sont les effets sur le corps ?

Les effets interviennent dans les 24 à 48h. Certaines patientes n’ont aucun effet secondaire. Cependant certaines peuvent avoir des saignements (spotting), maux de têtes, nausées, vertiges, douleurs abdominales, fatigue, tensions mammaires maux de tête, dysménorrhées et vomissements. Il est possible de prendre du Doliprane 1g 3/jour max.

Tous ces symptômes sont généralement modérés ou de courte durée, il faut en parler au médecin ou au pharmacien si l’intensité persiste. Rassurez-vous, le risque de complication est moindre, il ne s’agit pas d’un avortement mais d’un décalage d’ovulation.

4 – Question con…! contre-indications ?

Il n’y a pas de précautions particulières à prendre. Lendemain de soirée difficile ? La pilule d’urgence prise avec de l’alcool n’est pas contre indiquée mais cela n’est absolument pas recommandé ! Comme l’explique la notice, il faut se protéger jusqu’aux prochaines règles et utiliser des préservatifs (car il n’y a pas de preuve d’une baisse d’efficacité entre pilule et pilule du lendemain). Les femmes sous pilule contraceptive la reprennent tout de suite.

La seule contre-indication notifiée est l’hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés. Aujourd’hui dans l’article du collège des obstétriciens gynécologues de France il est dit qu’au delà d’un poids de 75 kilos il y a une baisse d’efficacité de Norlevo. Pour EllaOne, c’est 88 kilos. Le poids joue donc sur l’efficacité. Il faut toujours en revenir à la balance qui est le bénéfice de risque pour la patiente. Enfin, il faut voir avec son pharmacien si le traitement éventuel que vous suivez est compatible avec la prise d’une pilule du lendemain.

5 – Ça ne ruine pas la santé mais qu’en est-il du porte-monnaie (et de sa délivrance) ?

La pilule du lendemain varie entre 4 et 10 €, elle est remboursée à 65% si elle est prescrite sur ordonnance. Elle est gratuite et anonyme pour les mineures. Il est possible d’en acheter par avance si elle est prescrite. A la sortie des maternités on retrouve une contraception classique + une urgence.

Certaines femmes témoignent de pharmaciens qui refusent de leur délivrer la pilule du lendemain ou de porter ouvertement un jugement sur leur choix. Sachez qu’il s’agit d’un médicament, un pharmacien n’a pas le droit de refuser sa délivrance. Il n’y a pas de clause de conscience chez le pharmacien. C’est du pénal !

Et après la prise ? Les derniers conseils de Kevin Dahan 

Suite à la prise de la pilule du lendemain, idéalement il faudrait se réorienter vers un gynéco afin de mettre en place une contraception au long cours pour celles qui n’en n’utilisent pas, ou revoir sa contraception si elle ne convient pas. Si il s’agit d’une mineure, le mieux est de l’orienter vers un centre de Protection Maternelle et Infantile où elle trouvera une équipe médicale dédiée de manière gratuite et confidentielle.

La pilule du sur-lendemain n’existe pas. Le mot pilule du lendemain n’est en fait pas approprié, il faudrait plutôt parler de contraception d’urgence. Et bien entendu, la pilule du lendemain ne protège pas des MST, seule l’utilisation des préservatifs peut apporter cette protection.