Lifestyle

Interview 10 minutes AVEC… Audrey Marnay

 Interview 10 minutes AVEC… Audrey Marnay

Elle a les yeux revolver. Mais elle a pas le regard qui tue. Au contraire, elle a plutôt le regard chaud et bienveillant des filles sympas.  Pas « sympa » dans le sens galvaudé qu’on utilise à tout bout de champs, pour un oui pour un pour non, du type « il est sympa ce resto » ou « sympa ta déco ». Non, sympa comme le diminutif de sympathique au sens noble du terme : faculté de participer aux peines et aux joies des autres (merci le Larousse). Elle c’est la superbe Audrey Marnay, french mannequin star, maman épanouie et Vloggisteuse de choc.

Back up in the clouds, hoping for a sunny Paris! Pic by #AntoineLegrand #Paris #clouds #traveling #air

Une photo publiée par audreymarnay (@audreymarnay) le

Elle a tout juste 15 ans quand elle tente sa chance dans une agence de mannequin, située en face du bureau où travaille son père à Paris. Elle essuie un premier refus, mais une stagiaire se prend d’affection pour elle et l’envoie vers une autre agence. Celle-là sera la bonne : l’agence Viva. Toute contente, la jeune Audrey veut être sur tous les coups, elle se positionne sur des castings, des shootings, mais elle doit attendre quelques mois avant de décrocher son premier contrat. Et pas des moindres… Elle défile pour Yohji Yamamoto, (le grand couturier japonais qui défile pour la première fois à Paris en 1981). OMG dirait-on aujourd’hui. A côté d’elle, toute la fine fleur des top models des années 1990 (Linda Evangelista, Naomi Campbell) défile sur le podium. Après son passage, la toute jeune Audrey verse quelques larmes d’émotion. Juste après, le phénomène s’emballe, et le téléphone n’arrête pas de sonner : la vie de Top Model d’Audrey peut commencer.  La presse se demande : “mais qui est cette jeune fille rousse à l’allure si singulière”. Vogue Italie lui consacre 32 pages dans et sa une. De 1995 à 2000, installée à New-York, elle vit au rythme effréné de la mode et des shootings : la semaine à New-York et le week-end en Europe, le Concorde est son meilleur ami. Autant de grands moments et de bons souvenirs qu’elle raconte avec émotion. Quand elle ouvre le défilé d’adieu de Monsieur Yves Saint-Laurent au centre Pompidou par exemple, ou encore quand elle est invitée par Hillary Clinton, alors First Lady, à la Maison Blanche suite à un shooting d’Annie Leibovitz. Bill, toujours à l’affût des jolies femmes lui glisse même un “I Love French women”… Sic. En 1998, une rencontre la marque: elle doit retrouver le grand Irving Penn dans son studio pour un shooting pour Vogue US. Ses amis la préviennent : il est spécial, peut ne pas parler du tout s’il n’aime pas le mannequin et préfère déjeuner tout seul qu’à la même table des gens avec qui il travaille. C’est tout l’inverse qui se passe : sous le charme naturel d’Audrey, les deux s’entendent à merveille.

 

En 2000 elle a son premier enfant, et en 2003 son deuxième, deux bonnes raisons de mettre la carrière de mannequin un peu en retrait. Elle s’y remet plus doucement, mais ses enfants lui manquent vite. En 2004, il est temps de rentrer à Paris. Elle en profite pour prendre des cours de théâtre pendant 2 ans et commence une carrière au cinéma : elle participe à son premier film “Mon Meilleur ami” de Patrice Leconte et enchaîne par la suite différents projets de films, longs et courts métrages. Elle ne reste pourtant pas très loin de la mode et continue de temps à autre à défiler (comme par exemple pour le défilé Chanel Paris-Rome en 2015).

I think I need a malabar pant in my closet ???? #parisinrome #chanel #chanelroma

Une photo publiée par audreymarnay (@audreymarnay) le

Have a safe flight girl friend @jamiebochert ???????? Bisouxxx to Sofia #chanelroma #parisinrome #Chanel #Cinecitta

Une photo publiée par audreymarnay (@audreymarnay) le

Après 20 ans dans le métier, Audrey a vu la montée des réseaux sociaux et le poids grandissant du digital qui fait qu’aujourd’hui les marques regardent (presque) autant le nombre d’abonnés que la photogénie du mannequin. Surfant sur cette tendance,  Audrey se lance aujourd’hui à fond sur YouTube, sur Vloggist et sur sa propre chaîne, avec la volonté de partager simplement, et naturellement sa vie et ses expériences à toutes les jeunes femmes…

Alors Audrey  qu’est-ce que tu nous racontes ? /

Ton style en 3 mots ? : Chic with a twist

Tes sources d’inspiration en ce moment ? : les livres photos et les livres d’art. J’adore la photo.

La tendance que tu aurais aimée lancer ?: La tendance instagram “I have this thing with floors”.  

La tendance que tu aurais aimée empêcher ? Les photos trop personnelles postées un peu partout.

Tes objets fétiches ? : Je sèche.

Tes créateurs de mode préférés ? : J’en ai pas forcément. Je ne suis pas très “total look”, je trouve des choses qui me plaisent un peu partout.

Ton adresse mode préférée ? : J’adore les boutiques Vintage, un peu partout, Paris, Los-Angeles,

Ton havre de paix ? : Ma maison !

Ton truc en plus ? : Je suis un peu fofolle 🙂

En enfin, ton conseil pour la suite ? : Ne jamais lâcher !

Merci Audrey !

#nofilter #sun #happiness #bluesky

Une photo publiée par audreymarnay (@audreymarnay) le

 Audrey Marnay & François Pignol