Lifestyle

La noyée

 La noyée...., Crédits photo Pinterest

Il existe plusieurs raisons au fait que, pour un premier rendez-vous, on propose généralement à sa target de « boire un verre ». Premièrement, boire un verre indique à la fois une activité (lever son coude) et un horaire puisque, on boit moins à 8h00 du matin qu’à 19h00. Et, si on écarte encore ceux qui n’ont pas d’emploi ou les free lance, c’est habituellement l’heure à laquelle on est libre. Seconde raison, le plan ciné-mac do étant réservé à notre prime jeunesse (Dieu soit loué), et le plan café à nos années d’études, boire un verre reste le plan parfait pour apprendre à connaître quelqu’un sans devoir organiser une sortie au musée. Enfin, et ne nous en cachons pas c’est un peu la vraie raison, boire un verre signifie en premier lieu boire un verre d’alcool (de vin ou de bière, une vodka à 19h00 serait plus inquiétant), et l’alcool, c’est bien connu, est un puissant désinhibant qui rendrait Bernadette Chirac chaleureuse. Le tout est de bien doser.

On connaît tous l’appréhension joyeuse du premier rendez-vous, cette impression de sauter vers l’inconnu avec son lot de questions ; va-t-il/elle me plaire ? Vais-je lui plaire ? Va-t-on trouver des choses à se dire ? Et si il/elle aimait Céline Dion ? Etcétéra. Or, dans ce genre de moment, un verre d’alcool aide à se détendre, à avoir plus confiance en soi, et, rapidement, à oser séduire sans craindre le vent d’Est. Le seul hic c’est que souvent, puisque tout se passe bien et qu’aucun des deux n’a envie de partir, et puisqu’il n’y a pas plus triste qu’un verre vide, on recommande. Encore et encore. Et c’est là que le bât blesse.

N’osant pas commander un burger en plein rendez-vous galant en dépit des trois verres de vins avalés, beaucoup se retrouvent soudain « tipsy », agréablement bercés par l’alcool. Or la limite est fine entre gentiment ivre et très franchement bourré. Et une fois la ligne rouge franchie, difficile de revenir en arrière. On aura beau engloutir le pot de cacahuètes et boire huit litres d’eau, on aura toujours l’impression d’être dans un tourniquet. Sans honte, j’avouerai volontiers avoir moi-même gâché nombre de dates en buvant trop et en finissant par loucher en parlant un dialecte éloigné du français. J’ai heureusement appris la leçon. A savoir d’abord ; l’alcool atteint le cerveau après environ 10 minutes et notre foie met en moyenne une heure trente à le dégrader. Si donc on a bu 3 verres en une heure, il faudra 4h30 à notre organisme pour l’évacuer (c’es-à-dire qu’on sera de nouveau sobre à 23h30). Enfin si l’on est à jeun, l’alcool frappe plus rapidement et il n’existe aucun remède pour redescendre instantanément. Pour se préserver du naufrage, on applique donc ces règles ; 1. Toujours manger un peu avant de rejoindre sa date. 2. Toujours commander un soda ou une carafe d’eau avec son premier verre et alterner entre les deux pour rester hydraté (et conscient). Enfin, 3. Si la soirée s’attarde, ne pas avoir peur de proposer d’aller diner quelque part, ou simplement de commander un plat à partager. L’astuce : donner rendez-vous à son +1 dans un bar à tapas ou une cave à vin pour pouvoir doucement glisser du verre au repas sans la pression de la table nappée. Et surtout, avant tout, connaître ses limites et s’y tenir. Dernière info, celle-ci est fixée à trois verres pour les femmes ; vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas !

 La noyée, Crédits photo