Lifestyle

L’art et les manières

 Nadine de Rothschild.

 L’art des manières selon Nadine de Rothschild.

Il n’y a pas que l’art dans la vie. Il y a aussi les manières. Et avoir l’un sans l’autre, c’est comme avoir une très belle robe et la mettre sans s’être épilée. D’ailleurs l’expression, « avoir l’art et la manière » le prouve, le talent impliquent d’avoir les deux. Et en matière de manières, la grande artiste s’appelle Nadine de Rothschild. Depuis son mariage avec le baron du même nom elle a su faire du savoir-vivre (et être) un art et s’est appliquée à en faire connaître les règles. Petit court d’art social. 

De Saint-Quentin à Genève ; Nadine de Rotschild international Way of Life.

De Nadine de Rothschild, on connaît les livres de savoir-vivre dans lesquels elle rappelle et prodigue ses conseils pour briller en société et se faire remarquer pour son extrême civilité. Bonnes manières, Le Bonheur de séduire, l’art de réussir : le savoir-vivre du XXIe siècle, Réussir l’éducation de nos enfants, on ne compte plus le nombre de publications qui portent son nom et sauvent la vie sociale de nombre d’apprentis barons. Une émission lui a même été consacrée sur M6, En voilà des manières, dans laquelle notre chère Nadine, brushing impec et tirée à quatre épingles (voire plus), se chargeait d’éduquer de jeunes femmes modernes en quête de savoir-vivre (les années 50 ne sont donc pas si loin…). Elle a ensuite poursuivi l’expérience loin des caméras en ouvrant, en 2004, l’Académie Nadine de Rotschild international Way of Life à Genève (qui a, hélas, fermé depuis).

 

 Nadine de Rothschild.

Pourtant, rien ne prédestinait Nadine Nelly Jeannette Lhopitalier à la vie de château. En effet, ce n’est pas en Suisse où elle réside actuellement mais à Saint-Quentin qu’elle est née. Et ce n’est pas dans le rôle d’une baronne qu’elle s’est faite connaître, mais dans celui de femmes légères qu’elle interprétait au cinéma (elle fut notamment la doublure de Martine Carol dans une scène de nu dans le film Caroline Chérie de Richard Pottier). Sa rencontre et son mariage avec le richissime banquier, et baron, Edmond de Rothschild le 26 juin 1963 à Paris met un terme à sa carrière et la propulse dans la haute société dont elle apprend vite les codes, codes qu’elle met depuis un point d’honneur à faire respecter. Preuve, s’il en fallait une, qu’avoir son permis de briller est moins affaire de naissance que d’école.

 

 Nadine Tallier film Yves Robert Les hommes ne pensent qu'à ça

En pratique ; Le Bonheur de séduire, l’art de réussir

On sait tous qu’on ne mange pas la bouche pleine, ne pose pas les coudes sur la table ou qu’il est préférable de ne pas sortir ivre mort d’un diner mondain. Mais on ne sait pas toujours si la fourchette doit être placée dents en l’air ou retournée, si un homme doit précéder ou suivre sa cavalière dans un escalier, comment une femme doit se tenir lorsqu’elle est assise ou ce qu’on peut ou ne peut pas dire quand on rencontre quelqu’un. Heureusement, Nadine est là, et avec elle ses 10 commandements.

1/ Enchanté tu ne diras pas.

On ne dit pas salut non plus, mais « enchanté » dans aucun cas. Comme nous le rappelle Nadine ;  « On ne sait pas à l’avance si cette rencontre sera agréable. On garde donc cette formule pour la fin de la rencontre ». Si tant est qu’on le soit vraiment évidemment.

2/ De politique, de religion, de sexe et d’argent tu ne parleras pas. 

A table ou en société, mieux vaut éviter les sujets qui fâchent ou qui peuvent choquer. Bon, en France où le débat politique est un passage obligé du diner, on va avoir du mal mais essayons. Sans toutefois parler de ce qui nous tracasse, nous dit encore la baronne, car il n’est pas poli de se plaindre ou de se confier en public. En bref, on la joue Disneyland sans la mort de la maman de Bambi. Nadine nous conseille donc, «  pour engager la conversation », de nous tenir « au courant de l’actualité grâce à un journal intellectuel comme Paris Match ». Cherchez l’oxymore.

3/ Ta cavalière tu devanceras. 

On a l’habitude de s’offusquer si un homme nous passe devant ou oublie de nous tenir la porte quand on rentre dans un restaurant. Et on a tort. Autrefois, au temps de Zola où les bars étaient moins un lieu de fête que de misère, l’homme devait rentrer le premier pour s’assurer que l’endroit n’était pas trop malfamé. Si aujourd’hui les hommes tiennent la porte mais laissent passer la femme en premier, l’inverse n’est pas moins poli. Moins aléatoire, la règle des escaliers est claire ; pour pouvoir secourir Madame si celle-ci chute en descendant les escaliers (que Madame est maladroite parfois), l’homme doit toujours la devancer. Idem lorsqu’il monte, pour ne pas donner l’impression qu’il en profite pour reluquer son derrière (initialement, pour ne pas avoir l’occasion de loucher sur ses chevilles…).

4/ Tes jambes tu ne croiseras pas. 

La femme, cet objet de désir, doit se tenir droite cela va de soi. Mais elle ne doit jamais croiser les jambes (exit Sharon Stone et son Basic instinct). Niveau conversation, « Une femme pose des questions à ses voisins et sourit pour flatter les hommes. Une femme qui ne sourit pas n’entrera jamais nulle part ». Voilà, la machine à remonter le temps fonctionne bien.   

5/ Ton plan de table tu soigneras. 

Non, non, non, doux Jésus, on ne fait pas le plan de table après l’apéro et déjà passablement aviné, on le prévoit bien en avance et on suit les règles. L’invité d’honneur (si vous n’en avez pas, improvisez) est placé en priorité. Les autres invités sont placés en fonction de leur statut : les jeunes célibataires en bout de table (à notre époque, vous avez intérêt à avoir une table assez large), et les couples mariés sont séparés, sauf si le mariage est très récent (on relit donc son Paris Match pour savoir quand ils se sont mariés).

6/ Et ta table tu prépareras.

Si on sait que chaque convive doit avoir couteau, fourchette, cuillère, verre et assiette, l’ordre et la disposition ne sont pas toujours bien clairs. Rappel donc : les couverts pour l’entrée sont placés le plus loin de l’assiette, ceux pour le plat le plus près. La fourchette doit toujours être posée dents contre la nappe (sauf aux Etats-Unis), et à gauche de l’assiette. Côté verres, on place de droite à gauche, le vin blanc, le rouge, l’eau et la flûte pour le champagne (pas de coupe ! et on met le verre à champagne sur la table seulement si l’on n’a pas de personnel pour le service. Mais Dieu soit loué, ça nous arrive rarement). Pour un diner, la serviette se place à gauche de l’assiette, dedans pour un déjeuner, et on réserve le rond de serviette aux repas dominicaux en famille à la campagne (Nadine ne nous dit hélas pas ce qu’il en est si l’on est à Megève, mais peut-être le précise-t-elle dans Megève, un roman d’amour).

7/ De sel tu ne manqueras pas. 

Ce n’est pas parce qu’il est interdit de passer le sel qu’on doit en manquer. Dans un diner donc, on prévoit une salière pour deux ou trois personnes, avec ça, on est sûr de ne pas risquer de choquer les superstitieux et super-polis. Et en cas de catastrophe alcoolisée, on ne met jamais de sel sur une tache, cela risquerait de trouer la nappe (c’est dommage, ça marche très bien pourtant…).

8/ Des fleurs tu n’apporteras pas. 

Oubliez les fleurs achetées quelques minutes avant un diner, Nadine est ferme sur ce point, c’est très mal vu. On risque de mettre la maitresse de maison dans l’embarra (l’obligeant à s’éclipser pour aller chercher un vase et, si elle n’en a pas, à improviser) et de l’empêcher de faire son travail et de présenter les invités (au passage : toujours un homme à une femme, jamais l’inverse). Seuls les membres de notre famille peuvent venir les bras chargés de fleurs, pour les autres, on s’y prend la veille ou le lendemain pour remercier en plus de la nécessaire lettre de château, comprenez la lettre de remerciements attendue après une invitation. L’art du SAV.

9/ Tes cadeaux tu ouvriras

Si nos invités sont polis et ont donc apportés un cadeau et non des fleurs, on ne se rue pas dessus pour l’ouvrir mais on attend sagement la fin de la soirée, comme à Noël, et on l’ouvre après le dessert, devant nos convives. Et si le cadeau ne nous plait pas, on en fait don à une œuvre caritative mais jamais au grand jamais on ne le dit. 

10/ Avec sobriété tu recevras. 

Qu’il soit conseillé de rester sobre pendant la soirée est évident mais, si l’on reçoit, mieux vaut également appliquer cette règle à notre tenue. « Ne jamais briller plus que vos invités. Gardez vos bijoux pour une sortie, Contentez-vous d’une tenue élégante mais sobre. » Reste à définir ce qui est élégant et sobre pour Nadine, mais c’est un autre sujet.