Lifestyle

Multiplier les repas de Noël, est-ce une si bonne idée ?

 Multiplier les repas de Noël, est-ce une si bonne idée ?

Entre amis, au bureau, en famille, pour l’apéro, fêter Noël tous les jours est-ce une si bonne idée ?

Si l’on dit « les fêtes » pour parler de la période que nous traversons, c’est que Noël n’a pas seulement lieu le 25 au soir mais se célèbre plusieurs fois avant et après le réveillon. Entre amis, au bureau, en famille, chez soi ou chez son partenaire, avec ses vielles copines, ses anciennes relations de travail, les repas de Noël se multiplient et s’étendent sur tout le mois de décembre (voire de janvier). Résultat, entre le 1er décembre et le dernier jour de l’année, on a assisté à au moins 3 repas de Noël, engloutit des kilos de foie gras et de dinde aux marrons et la bûche n’a plus de secret pour nous. Mais est-ce une si bonne chose que ça ?

Ok, c’est très festif tous ces cadeaux, ce rouge, ce vert, et on ne va pas se plaindre de téter du champagne. Mais à trop répéter la scène avant la grande première, l’original comme les copies perdent leur caractère exceptionnel et c’est en trainant des pieds qu’on se rend au 12ème diner de Noël pour découvrir, ô joie, la même dinde qu’hier, le même foie gras sur ses toasts briochés, et engloutir huit litres de champagne avant d’ouvrir le « petit cadeau à moins de 10 euros » demandé pour passer l’entrée. J’exagère mais l’idée est là.

 Cadeau entre amis

Que l’on doive, par obligation et souci logistique, fêter Noël deux fois, parce que sa famille est recomposée ou que l’on est en couple et qu’on doit donc, aussi, trinquer avec sa belle famille, rien de plus normal. Mais pourquoi répéter l’opération tant et tant de fois. Cette année, j’ai été invitée à pas moins de 6 Noël ; trois entre amis, deux de travail, celui de ma famille et de certains parents éloignés. Or, si diner avec eux est un plaisir, la perspective de manger six fois la même chose, de devoir trouver un cadeau original pour chaque occasion et de voir les mêmes sapins et boules décorées autour de moi me donne le tournis. J’entends déjà les puristes, ceux qui semblent n’attendre que ce moment de l’année et vivre, le reste du temps, avec un portrait de Santa sur leur table de chevet, s’étrangler en hurlant au scandale. Et en me rappelant que ce sont des moments de partage et d’amour, de paix et de joie, dont il faut savoir profiter. Oui, mais pourquoi tous en même temps ? Et tous identiquement ? Pourquoi ne pas simplement organiser un diner entre amis, intitulé De Noël si la particule festive est nécessaire, mais sans reproduire le même repas que nous avalerons quoiqu’il arrive le 25 et le geste, quasi automatique, du cadeau qui, répété à l’excès, devient de moins en moins plaisant ?

Ne vous y trompez pas, j’adore Noël ; à peine le froid venu, je sors les guirlandes et les boules, je chante du Michael Bublé à tue-tête et je traîne devant les vitrines des grands magasins en dégustant mes marrons chauds bercée par le rire des enfants. Mais je sais aussi, pour l’avoir trop souvent fait, que répéter frénétiquement le même plaisir le ternit. On ne va pas immédiatement revoir un film qu’on a aimé, et si, comme moi, vous écoutez en boucle la même chanson jusqu’à ne plus pouvoir en entendre les premières notes, vous aurez aussi appris que le plaisir né rarement de l’excès. La répétition lasse et use les moments les plus plaisants en les rendant soudain communs et similaires là où, précisément, ils voudraient rompre l’ordinaire.

Moi présidente, je demanderais donc à tous ceux qui organisent leur repas de Noël avant l’heure, d’oublier le foie gras et les desserts crémeux pour inventer leur propre repas de fête (et éviter de faire encore grimper l’addition sur la balance), de remplacer la tradition du cadeau secret par un jeu de rôle de leur goût, de revoir le sapin aux couleurs qu’ils aiment, bref, de faire, cette année, un Noël spécial DIY, Do It Yourself. Et à défaut, je suggérerais à ceux qui, comme moi, se rendront toutefois à tous leurs diners de Noël, de choisir par repas un met qui leur fera plaisir pour ne déguster que lui ; lundi (entre amis) le foie gras et le sauternes ; mardi (au bureau) les petits biscuits chauds ; mercredi (entre amis bis) la dinde et le champagne… et dimanche la totale. Pour que Noël reste Noël et chaque soirée unique.

 Multiplier les repas de Noël, est-ce une si bonne idée ?

Michael Bublé – Christmas – Album Studio 2011