Lifestyle

Point Q – Offrir ou recevoir un sextoy à Noël, bonne ou mauvaise idée ?

 Point Q - Offrir ou recevoir un sextoy à Noël, bonne ou mauvaise idée ?

Faut-il s’inquiéter de se voir offrir un sextoy à Noël ?

Si trouver des cadeaux pour la plupart de nos proches peut tourner au casse-tête, pour ce qui est de son partenaire c’est souvent plus facile. On le connaît, sait ce qui lui plait, et quand il ne nous a pas déjà subtilement aiguillé ou indiqué ce qu’il souhaite, il suffit de réfléchir un peu pour avoir une idée. Certains cadeaux sont d’ailleurs assez évidents ; un week-end à deux, un objet repéré plus tôt, un bijou ou de la lingerie pour les femmes… mais, et le sex toy ?

Depuis des années, on en voit partout et avouer qu’on en possède un est moins tabou. Pour autant, en offrir ou en recevoir un, c’est une autre affaire. D’une part, et en dépit de la confiance qu’on peut avoir en quelqu’un et de l’intimité que l’on peut partager, offrir un accessoire destiné à « pimenter » la vie sexuelle de son couple peut paraître étrange et faire passer un message ambivalent. Non pas seulement, « je t’aime tant que je suis prêt à explorer de nouveaux territoires sexuels avec toi, et avec toi seulement », mais aussi, quelque part, « et si on essayait quelque chose de nouveau ? ». Sous-titre : « parce qu’on  s’ennuie un peu non ? ». Et quand on sait que la majorité des sextoys sont offerts par des hommes à leurs femmes, on peut imaginer que cette seconde pensée est souvent la première chez les intéressées.

A moins d’avoir inscrit sur sa liste de Noël le dit présent, c’est en effet la crainte qu’on peut avoir. Et si en plus il est avéré que celui/celle qui reçoit le cadeau n’aime pas du tout, mais alors pas du tout, ce genre d’objet, et préfère arpenter les sentiers battus de la sexualité, par pudeur, confort, ou simplement par goût, le problème se déplace. Et le cadeau apparaît moins comme un cadeau qu’on nous fait que comme un cadeau que son partenaire se fait de manière détournée. Dans ce cas-là, et comme toujours en matière de sexe, mieux vaut clairement exprimer son refus plutôt que de se forcer péniblement. Et peut-être aussi repenser son rapport à l’autre et la connaissance qu’il peut avoir de nous.

Mais si ça n’est pas le cas, y a-t-il vraiment un mal à vouloir égayer un peu ce que la routine a pu ternir ? Et à se voir offrir, ou à offrir soi-même, un sextoy à Noël ? Loin d’être une offense ou une invitation déplacée, c’est d’abord une immense preuve de confiance et de liberté dont seuls les couples solides peuvent se targuer, la preuve qu’on assume ses fantasmes face à l’autre, et qu’on veut les partager avec elle/lui. C’est aussi la preuve que, plutôt que d’accepter que l’habitude s’installe et de se résigner à ne vivre désormais que la répétition de positions connues et des mêmes scénarios, l’autre cherche à élargir le champ des horizons pour justement ne pas laisser la routine prospérer et risquer que l’un des deux, à force, ne se lasse. Et mieux vaut ça que de voir son partenaire lui-même s’affadir jusqu’à craindre qu’il/elle n’aille voir ailleurs. Enfin, à moins que le dit cadeau soit un sextoy répugnant ou un objet visant à procurer un plaisir clairement contraire à celui vers lequel on tend, un sextoy, surtout quand il est utilisé à deux, c’est amusant. Qu’il s’agisse d’un vibromasseur, de perles de Geisha, d’un string en perles ou de tout autre objet, c’est une découverte qu’on fait ensemble et qui peut, dans le pire des cas, nous offrir des heures de fou-rires et un souvenir mémorable. Dans le meilleur, un plus grand plaisir. Et la découverte, peut-être, de fantasmes que l’on n’osait avouer, pas même à soi. Les plus belles relations étant souvent celles dans lesquelles l’autre dévoile des facettes de nous que l’on ne connaissait pas, on pourra alors, vraiment, lui dire merci.