Lifestyle

Point Q : La rentrée sensuelle

 bridget-jones-diary-ftr

Les résolutions Q de la rentrée

 

S’il est vrai que l’heure des résolutions sonne généralement le 1er janvier, la rentrée est aussi un moment de renouveau. La routine retrouvant son ronronnement, on profite du mois de septembre pour changer ce qui ne nous convient pas et entamer cette année fraîchement. Et, en matière de résolutions, le sexe n’est pas en reste.

 

Ok mais on change quoi au juste ? Lorsqu’on veut perdre quelques kilos, on se met au régime ; si on désire se raffermir, la gym est là, et si on se sait colérique, on s’inscrit au yoga. Ou chez un psy. Mais en matière d’amour et de sexe, les choses sont moins simples.

 

Premier cas de figure, le célibat, situation dans laquelle il est souvent difficile de voir ce que nous pourrions changer à ça. Et entendre pour la énième fois « N’attends rien, ça viendra », « Lâche-toi tu verras » ou le fameux « sois moins exigeante » n’ôte en rien le sentiment d’impuissance qu’on peut ressentir lorsque l’amour tarde à se montrer. Et le fait que rencontrer quelqu’un ne dépend hélas pas de notre seule volonté.

Oui mais non, car il y a bien certaines choses que l’on peut changer pour vivre autrement sa sexualité, qu’on soit solo ou pas. D’abord s’aimer et s’accepter, c’est-à-dire se débarrasser de ses complexes (souvent injustifiés), aimer son corps tel qu’il est, sachant que le sex appeal tient pour beaucoup à la façon dont on se sent, et que les plus sexys ne sont pas toujours les plus parfaits. Loin de là. S’aimer donc, mais s’aimer vraiment, en s’autorisant aussi à se faire plaisir soi-même. La parole se libère depuis quelques années et l’idée que les femmes puissent également se donner du plaisir – et le dire – fait son chemin, mais sans le crier sur les toits, découvrir son corps et sa sexualité pour se faire jouir est primordial si l’on veut s’épanouir et s’ouvrir à l’autre. Car l’appétit vient en mangeant, et que, c’est prouvé, plus on jouit dans la vie, plus on cherche à jouir, et moins on s’embarrasse de craintes de ne pas y arriver. Traduction : quelqu’un qui sait se donner du plaisir en cherchera ailleurs et pourra ainsi aborder la chose plus légèrement, en s’autorisant par exemple des coups d’un soir sans penser mariage et enfants, mais seulement 69 et missionnaire. S’aimer enfin, c’est prendre soin de soi et de son corps hors des salles de gym et des restaurants bio, des salons de coiffure ou des magasins, mais d’abord dans son intimité en se gâtant en tant que femme. Et La Perla créa la lingerie. Cette rentrée donc, on jette ses culottes snoopy, ses ensemble dépareillés et ses soutifs de lycée pour s’offrir le plaisir de se sentir femme sans avoir besoin du regard de l’autre, simplement en enfilant chaque matin des dessous à la hauteur de celle que l’on est. C’est idiot, mais essayez, vous verrez, ça change tout.

Si on est à deux, ou que les résolutions ci-dessus vous y mène, l’agenda sexuel n’est es pas moins rempli. Car à deux, c’est la routine dont il faut se méfier pour ne pas finir en pyjama pilou et s’user dans la répétition de gestes autrefois sensuels, aujourd’hui mécaniques. Et sans s’essayer à toutes les positions du kamasoutra, on peut faire varier les plaisirs en décidant d’assumer (et de réaliser) tous ces fantasmes (dans le domaine du possible), ou que de sexe, comme de factures, on doit parler. En d’autres termes, en décidant d’être sincère et franc, et en réalisant que les plaisirs charnels sont une source de jouissances infinies (et gratuites !) à côté de laquelle on serait bête de passer. S’autoriser à dire tout ce qu’on aime, essayer de nouvelles choses, s’inventer un personnage, ou plusieurs, et dire aussi ce qu’on aime moins, ou pas du tout, l’essentiel est de rester alerte et de faire attention à ce qu’on ressent. Donc, d’abord, de dépuceler notre nouveau stylo plume en listant nos souhaits pour cette année sans s’embarrasser d’une pudeur mal placée. C’est le premier devoir de la rentrée.

 La Perla