Lifestyle

Point Q – Sex tape

 Point Q - Sex tape

Les choses folles que l’on fait par amour

Qu’ont en commun Pamela Anderson, Paris Hilton, Verne Troyer (le mini-moi d’Austin Power) Kim Kardashian et Colin Farrell ? Leur célébrité, certes, mais aussi l’une des façons dont ils l’ont acquise. En dévoilant, volontairement ou non, leur intimité. Et pas en publiant leur journal intime façon Britney années 2000 mais en filmant leurs ébats amoureux façon Tabatha Cash années 90. Sans toujours mesurer les risques qu’ils prenaient d’ailleurs. Car si on a souvent jasé sur la manière dont la désormais si puissante Kim a acquis ses lettres de noblesse médiatique et sur la possible implication de sa mère dans cette fuite, d’autres ont clairement souffert de voir leur confiance trahie et leur intimité dévoilée au grand public.

Qu’on pense à la récente affaire Valbuena du nom du footballer de l’olympique lyonnais dont les frasques sexuelles, immortalisées dans une sex tape, ont servi à certaines personnes malintentionnées pour le faire chanter et dans laquelle Karim Benzema a été impliqué. Si la justice n’a pas encore été rendue et que l’enquête continue de faire trembler le monde du football français, autant Benzema que Valbuena ont déjà pâti de cette affaire en voyant leur réputation lourdement entachée, leur carrière écorchée, et leur vie personnelle (enfin, surtout celle de Valbuena) exposée. Et si les affaires de sex tape font autant parler d’elles, c’est que, quelque part, elles nous concernent aussi.

Sans aller jusqu’à se filmer, on a tous déjà fait, dans le feu de l’excitation, de ces paris risqués. Envoyer des textos éloquents, des photos de soi en petite tenue ou, littéralement, se mettre à nu devant son écran, non pour s’exhiber mais pour s’exciter, souvent par amour et dans la confiance d’une relation. Oui, on a tous un jour commis pareilles frasques en sachant néanmoins que celles-ci pourraient se trouver partagées. Et on a tous aussi, de près ou de loin, vu les conséquences malheureuses que cela peut avoir quand le destinataire trompe la confiance de son expéditeur. On pensera aux photos de Laure Manaudou entièrement nue qui avaient fait le tour des réseaux sociaux et gravement affecté la nageuse. Mais aussi aux nombreux anonymes qui souffrent chaque année de se voir trahis, obligeant parfois certains a quitté leur lycée, leur fac ou leur ville, quand ce n’est pas leur pays. Dans une moindre mesure, le fait de savoir que son partenaire a pu, non pas envoyer, mais simplement montrer certains clichés de soi destinés à restés secrets peut faire très mal et mettre fin à une relation. Et il arrive aussi que, par un hasard funeste, on puisse soi-même tomber sur une photo ou une vidéo exhibant l’intimité sexuelle de l’un de nos amis sans qu’on ne l’ait cherché. En bref, pour un simple clic ou une envie spontanée, l’adition peut se révéler très élevée. Et sa confiance en soi ruinée.

Alors faut-il pour autant dire non à l’excitation que peut procurer le fait de se filmer ou d’envoyer à celui/celle qu’on désire une photo de soi nu(e) ? Pas forcément, mais à chaque fois, il convient de bien mettre en balance le plaisir qu’on prend à jouer avec le feu et celui qu’on perdrait à se voir exposé. Parce que si les people parviennent parfois à tirer profit de leur notoriété sexuelle, nous moins. Et qu’il n’est pas toujours mauvais de garder pour soi sa sexualité et de limiter au réel le terrain des jeux sexuels.

 Point Q - Sex tape