Lifestyle

Really ? L’engouement monumental pour le nouveau clip Kenzo World

 KENZO WORLD, Margaret Qualley

Pourquoi le monde s’est-il affolé pour le clip signé Spike Jonze pour le parfum Kenzo World ? 

Vous n’avez pas pu la louper, la nouvelle vidéo signée Spike Jonze pour le parfum Kenzo World et mise en ligne la semaine dernière s’est répandue comme une traînée de poudre sur la toile. Elle était sur tous les sites, et sur toutes les bouches soudain ébahies et ravies de découvrir l’actrice jusqu’ici discrète de Leftovers, Margaret Qualley (accessoirement fille d’Andy MacDowell) envoyer tout valser et se déchainer sur le Mutant Brain de Sam Spiegel.

 KENZO WORLD

Pour ceux qui vivraient dans une grotte, voici ce que vous avez raté. Loin des publicités traditionnelles dans lesquelles Princesse Sarah court parmi les fleurs avant de sauter sur une balançoire pour se parfumer de sa nouvelle fragrance, la vidéo de Spike Jonze reprend le principe du clip qu’il avait réalisé pour Fatboy Slim où Christopher Walken se lançait dans une danse déjantée. On y voit cette fois Margaret Qualley, attablée dans une soirée de gala à écouter un discours soporifique, sortir discrètement de la salle et entamer une chorégraphie surréaliste et survoltée (mise au point par Ryan Heffington qui avait déjà frappé fort dans le clip Chandelier) sur une musique tout aussi barrée.

 KENZO WORLD

Aussitôt mise en ligne, des milliers d’internautes, la presse internationale (de la Chine aux Etats-Unis en passant par l’Europe) et toute personne munie d’internet se sont déchainés et levés pour saluer l’admirable coup de la marque Kenzo. Et le talent du réalisateur américain. Oui mais pourquoi ? D’une part, parce que ça fait du bien, pour une fois, de sentir que les créa de la pub ne nous ont pas resservi le plat mille fois mâché et réchauffé du scénario de la jeune fille en fleurs humant délicatement les notes de son nouveau parfum. Et de sentir qu’on n’a pas encore essayé de nous faire consommer en nous prenant pour des imbéciles lobotomisés répondant à des codes désuets. D’autre part, parce qu’enfin un parfum met en avant une femme dans un rôle digne d’elle, c’est-à-dire non pas poseuse, fragile et idiote, mais libre, vivante et vibrante.

 KENZO WORLD

Mais surtout, et c’est là le plus intéressant, parce qu’après ces mois scandés par les attaques terroristes et ces années de crise, on voudrait tous pouvoir, comme  Margaret Qualley, exploser et se lâcher en se déchaînant (littéralement briser nos chaînes) sur une musique dynamitée. Parce que pour une fois, on peut vraiment s’identifier. Et humer l’air du temps. Reste à savoir si l’air du temps sent bon, et le parfum Kenzo avec.