Lifestyle

Sexy Map, les zones érogènes dont on ne parle jamais

 Sexy Map, les zones érogènes dont on ne parle jamais

Les repères de plaisir secrets de nos corps finalement révélés.

Notre corps est un royaume de plaisirs, parfois insoupçonnés. Si l’on connait tous les principales zones érogènes, ces parties du corps qui, à peine effleurées, nous font déjà frissonner de plaisir, certaines restent trop souvent méconnues ou délaissées alors qu’elles sont autant de trésors à explorer pour prendre son pied. Petit tour d’horizon de la carte de notre corps.

Existent en premier lieu ce qu’on appelle les zones primaires, comprenez le clitoris et le vagin chez la femme, la verge et les glandes chez l’homme. On connait la chanson. Viennent ensuite les zones secondaires qui, si elles ne doivent pas nécessairement être caressées pour nous faire atteindre l’orgasme, peuvent fortement y aider. Chez la femme, les plus évidentes sont le pubis, les fesses, les grandes et petites lèvres, l’entrée du vagin, du périnée, de l’anus, et bien sûr les mamelons et les seins.

Mais il existe aussi nombre de zones dites potentielles auxquelles on pense moins et qui, pourtant, font là encore notre bonheur. Le cuir chevelu (on sait le bien que procure un massage de la tête), les oreilles, la nuque, le cou ou les épaules par exemple sont des sources de plaisir intarissables qui, lorsqu’elles sont stimulées, nous excitent en quelques secondes. Ajoutons que l’ouï aussi peut être considérée comme une zone érogène puisque le fait de murmurer des mots doux à son partenaire (ou de les écouter) peut susciter plus de désir qu’une caresse mal menée.

Plus bas, outre la poitrine, zone évidente, les aisselles, le dos et le ventre méritent également qu’on s’y attarde ; il n’est qu’à voir combien les massages ont la cote dans les soirées en amoureux et la façon dont nombre de couples se plaisent à disposer crème chantilly, coulis ou simplement leur langue sur le ventre de leur conjoint pour le voir. On s’attardera particulièrement sur le bas du dos et du ventre qui, plus près des zones primaires, sont encore plus excitantes. Si l’on descend encore, l’intérieur des cuisses et les hanches arrivent en tête dans le classement des zones sexy chez les femmes : messieurs, sachez-le. Plus étonnant, le dos du genou, où la peau est plus fine et dont une simple caresse provoque une sensation décuplée, reste une zone peu sollicitée et pourtant très efficace, voire redoutable pour certaines.

De la même façon, toutes les zones protégées, « les plis » habituellement peu exposés au contact (le pli du coude, la paume des mains, les poignets, le nombril) sont des points hot à ne pas oublier. Viennent enfin les chevilles et les pieds (sauf pour les grandes chatouilleuses), eux-mêmes trop oubliés mais qui, bien stimulés, délicatement et avec tact, peuvent nous mener sur les routes du plaisir. Evidemment, l’objectif n’est pas de toutes les activer mais d’apprendre à connaitre laquelle est la plus sensible chez nous pour ensuite guider gentiment son partenaire vers elle. Ou la stimuler nous-mêmes pour nous faire du bien ! Maintenant, vous savez !