Lifestyle

Tous les garçons et les filles

 Tous les garçons et les filles

Alors qu’approche l’automne à plein nez, jamais l’insécurité affective n’a été aussi bien chantée que par la belle Françoise Hardy.

Les feuilles mortes ne se ramassent pas encore à la pelle, mais la pluie battante aura eu raison de notre enthousiasme ensoleillé. Dans deux jours l’automne sonnera le glas de la saison des amourettes estivales. Forcément, qui dit pluie dit…mélancolie. Cela m’a fait penser à cette chanson que j’écoutais petit sans vraiment mesurer tout son sens : “Tous les garçons et les filles” de François Hardy. Plus jeune ça n’était pour moi qu’une jolie mélodie, ce week-end j’y ai repensé avec la maturité d’un jeune adulte “oui mais moi je vais seule par les rues, l’âme en peine, oui mais moi je vais seule car personne ne m’aime”. Quelle violence ! Imaginez la belle Françoise, qui à tout juste 18 ans, sort en 1962 l’album éponyme qui deviendra son premier grand succès. Sur fond de “Trente Glorieuses” et de mariage pour tous (tout le monde se mariant assez jeune à cette époque), la chanson sonne presque faux. C’est vrai, c’est assez difficile d’imaginer que cette superbe jeune fille au regard aussi profond qu’envoûtant, puisse vraiment traîner dans la rue, à se morfondre en voyant tous ces couples heureux autour d’elle. Elle qui en plus finira par tomber dans le piège à filles du plus cool des dandy français, aka Jacques Dutronc.

 

 Francoise Hardy et Jacques Dutronc, 1967

50 ans plus tard, l’histoire n’est pas la même. Les âmes ne sont pas en peine mais tous les garçons et les filles ne savent plus forcément ce qu’aimer veut dire. Ils préfèrent jouer sur des applications en tout genre où l’on peut attaper des pokemons, trouver du sexe rapide ou un peu d’amour facile. Est-ce grave docteur ? je serais mal placé pour juger, au contraire, je pense qu’il faut vivre son temps non ? Mais peut – être qu’au lieu de subir l’automne ravageur comme une fatalité, il serait temps de reprendre le goûts des autres, le goût des gens, le goût des bonnes choses, des belles choses, des petits moments, des grands esprits….

Bref, un peu de tendresse, et de chocolat…

A suivre
#ChroniquesdeFrançois