Mode

Bandit Bandana

 Bandana

Il est des vêtements qui traversent les époques et les peuples. Le bandana en est un ; des cowboys aux rockeurs, des paysans sévillans aux gangsters du rap, et de la communauté homosexuelle des années 70 à la Parisienne d’aujourd’hui, il est devenu, selon la façon de le porter, l’emblème de groupes très différents. Porté sur le nez pour les fumeurs de Marlboro, au poignet dans les concerts ACDC, sur la tête des silhouettes courbées espagnoles, sur le crâne rasé des gangsters, sur la poche de son jean pour les gais ou noué au cou pour les Frenchies, il s’adapte et se transforme à chaque fois. Voici six façons de le porter en texte et images (à la fin de l’article)/

Autour du cou

C’est la façon plus simple et la plus répandue, surtout depuis que ce bandit est devenu l’égérie des jeunes françaises. Deux façons de s’y prendre ; la première, classique, on le plie en deux dans le sens de la longueur et on le noue serré autour de son cou, façon col roulé ; la seconde plus pointue, on rabat les deux coins opposés et on fait un nœud sans trop serrer, de façon à le porter lâche. Là encore, deux écoles ; soit on porte le nœud devant, sur son t-shirt, blanc de préférence de façon à souligner la couleur du bandana, façon scout ; soit on laisse le nœud dans sa nuque et on ramène le triangle de tissu à l’avant, façon cowboy moderne.

Au poignet

Coton ou soie, le bandana peut aussi se porter comme un bijou, noué à son poignet. Première option, on imite les rockeurs qui le portaient très serré pour assurer leur poignet lorsqu’ils jouaient de la guitare en concert. On évite quand même le total look pantalon de cuir + t-shirt à l’effigie d’un groupe + bandana, et on décale l’esprit rock en portant par exemple un pantalon en cuir et une belle chemise blanche avec, comme bijou, un bandana en soie ou en coton très fin (comme ceux de Saint-Laurent). Ou, plus décontracté, on le porte avec un t-shirt et une jupe, mais noué largement, étendu sur tout son poignet façon manchette.

Sur la tête 

Là encore, plusieurs options ; 1) la classique, on rabat les deux coins opposés de façon à former un triangle qu’on noue sur son crâne, à la Hukl Hogan, année 90. 2) La moderne hype, on le porte comme Tupac, plié dans le sens de la longueur, et noué sur le sommet du crâne en laissant le nœud à l’avant de la tête. A porter sur cheveux attachés pour un effet cool décontracté. Enfin dernière option, 3) comme un headband, replié dans le sens de la largeur et porté sur le sommet du crane, en laissant la bande de tissu nous barrer le front.

En ceinture

La plus méconnue, mais non la moins stylée, on le porte en demi ceinture (à moins d’avoir un bandana très long qui permet d’enserrer complètement la taille, ceux de McQueen le permettent). Pour ça, on le plie dans le sens de la longueur pour former un longue bande de tissu et on l’attache aux passants de son pantalon, sans passer dans les passants mais par-dessus, du côté gauche ou droit. Une façon efficace et inattendue d’habiller un jean simple ou un pantalon noir.

Noué à son sac 

Attention ici, le foulard noué au sac peut vite faire mémère ou bourge. On évite donc le combo foulard Hermès sur Birkin (il faut, en plus, avoir les moyens du dit combo), et on attache le bandana de façon lâche, ou enroulé autour de la hanse d’un sac simple ou très sophistiqué, pour casser le côté bon chic bon genre. Dernière option, on trouve un bandana suffisamment long pour s’en faire une bandoulière (ou on en noue deux ensemble pour la créer) et on transforme un sac à main en sac en bandoulière.

A la cheville pour celle qui souhaitent plus d’excentricité.

Et voici toutes les possibilités en images :

La sélection « bons plans » de la rédaction :