Mode

Des mots, des mots…

 Karlie Kloss porte un t-shirt Vanessa Seward

Les t-shirts à message

La mode étant d’abord une façon de s’exprimer, il n’est pas étonnant que, de tout temps, les t-shirts à messages aient séduit. Directs et simples, ils affichent nos goûts et notre humeur sans passer par quatre chemins. Et depuis que Vanessa Seward et sa « Femme française », ou le nouveau duo à la tête de Courrèges, les ont remis à l’ordre du jour, la rue est devenue un livre ouvert et polyphonique. Mais à chacun son message, et à chaque t-shirt son genre.

 Vintage T-shirt

Les explicites 

Ce sont les plus cash, ceux dont le message est simple et clair et exprime, sans sous-entendu, ce qu’on veut dire. « Une femme française » chez Vanessa Seward, « Les filles en rouje » chez Rouje, les amour et liberté  brodés de la très tendance Maison Labiche, ils sont partout. La marque Rad (rad.com) en a même fait sa spécialité et propose des centaines de messages simplement imprimés sur des t-shirt en coton aux couleurs basiques (gris, blanc, noir) : « Je m’en fous », « Emmerdeuse », « Supermaman », le principe est de faire de son t-shirt son porte-parole. On l’enfile alors avec un simple jean, ou une jupe, mais en restant très simple (on accessoirise pas trop), le message lui-même étant déjà une façon de s’imposer. Et pour éviter de passer pour une ado sur le retour, ou une psycho rigide, on fait attention aux messages trop teen ou agressifs (« Touche pas à mon poney », « Chocolate is my boyfriend »). On fait aussi attention à la coupe du t-shirt, sa qualité, et si on a vraiment un message à faire passer, on se fait imprimer (ou mieux, broder) le sien par un spécialiste (Maison Labiche ou Cheeky Boom pour les broderies, Spreadshirts pour les imprimés) ou on s’y met soi-même en s’aidant de tutos.

 Je m'en fous, T-shirt, 50 euros, thereformation.com

Les vintages 

On se souvient du carton qu’avait fait American Vintage en sortant leurs premiers t-shirts en coton si fins qu’on les aurait cru usés par le temps. Parce qu’il n’y a pas plus chic que le vintage, surtout en matière de t-shirts. Groupes de rock mythiques, messages hippies, marques oubliées ou fac américaines, les t-shirts vintage ont l’avantage d’être uniques et d’apporter une touche de couleur là où leurs homologues modernes sont souvent noirs ou blancs. Camille Rowe en a fait sa signature, les rockeuses leurs pièces incontournables et les plus originales leur carte de visite. Pour le shopper, on se rue dans les friperies, dans les placards de nos parents, ou sur les sites dédiés, et on cherche ceux qui reflèteront vraiment nos goûts (rien de pire qu’une fille arborant un t-shirt Kiss en pensant à la chanson de Prince). Et on le porte avec un jean, un short, une jupe ou un pantalon plus chic (on évite le total look rockeuse sur le retour), tous très simples pour ne pas brouiller le message en voulant trop en faire passer.

 Camille Rowe

Les détournements ironiques 

Porter un t-shirt J’adore Dior était, dans les années 2000, le comble du vulgaire. Et de façon générale faire l’homme/la femme sandwich en payant pour afficher une marque, une faute de goût impardonnable. Mais Céline devint Féline, et Hermès Barbès, et depuis que certains se sont amusés à détourner les marques et les logos, c’est devenu le summum du chic de s’afficher avec une marque détournée, une contrefaçon assumée. Brian Lichtenberg en a fait sa spécialité et propose des dizaines de déclinaisons hilarantes ; Ballin, Homiès, Trippy & Co, etc., les grandes marques sont rhabillées pour l’hiver. Et nous aussi !

Et voici la sélection de la rédac’ /