Mode

Ma Fashion Week à moi

 François Pignol, Défilé Chanel

Deux matinées par an, un ami qui me veut du bien, m’offre l’occasion d’une plongée grandiose dans l’univers merveilleux de la mode parisienne en m’invitant au défilé des défilés… le Show Chanel. Cette année, j’ai complété mon immersion par un deuxième show très tendance : Vanessa Seward.

Arriver au Grand Palais pour un show Chanel procure une sensation particulière. Déjà, toutes les femmes, ou presque, se sentent obligées de porter le maximum d’objets et vêtements de la maison de la rue Cambon pour signifier au tout venant que NON elles ne sont pas invitées là par hasard. Le moment le plus attendu est toujours celui de l’entrée dans le Grand Palais. Tout le monde se demande ce que sera le nouveau décor fou.

 Francois Pignol, Défilé Chanel

Après l’aéroport, la brasserie, le supermarché, le front-row, place cette année au “Data Center” (ces grands hangars plein de serveurs et de câbles qui font transiter l’information numériquement). Si le décor n’était pas le plus extravagant comparé aux éditions précédentes, il montre encore une fois, comment Chanel veut s’inscrire dans son époque, en s’associant aux buzz word du moment. Puis arrive le moment où la foule s’installe, cherche sa place, fait des bises à une copine, regarde les autres, se demande pourquoi elle est placée 5ème rang alors qu’elle se considère plus “IN” que sa voisine de devant. C’est évidemment le moment le plus délicieux.

 Les looks robotiques, défilé Chanel

Quelques minutes avant le démarrage du défilé c’est la foire aux stars, elles arrivent toutes d’un coup, suivies par une meute de fan, photographes, et femmes en Chanel de la tête au pied. Cette année, le cinéma à la pointe avait sa place avec la mystérieuse Soko – chanteuse de son état, et sublime dans le film “La Danseuse” de Stephanie Di Giusto où elle incarne avec passion la danseuse Loïe Fuller – ou encore la jeune talent Oulaya Amamra, explosive dans le film coup de poing “Divines”, caméra d’or au festival de Cannes 2016.

Côté garçons, les spotlights n’avaient d’yeux que pour Gaspard Ulliel, le Monsieur Bleu de Chanel (à l’affiche également de “La Danseuse” et du dernier Dolan “Juste la Fin du Monde”) et pour .. Usher ! Il faut toujours avoir une star de Rn’B américain ça fait international. 11H00 le show commence avec un super beat “”I Feel Love” de Donna Summer remixé pour l’occasion. 12 minutes plus tard, la salle applaudit quand elle aperçoit le Kaiser qui sort saluer. Un très beau show.

 

A peine le temps de suivre mon amie La Libanaise à Paris (Samar of course) faire des bises à Alexandra Golovanoff, Loïc Prigent et Mademoiselle Agnès, qu’il faut déjà que je parte pour le Théâtre du Châtelet pour assister au show Vanessa Seward. L’ambiance est évidemment beaucoup moins électrique mais la foule qui s’amasse à l’heure dite est un sacré mélange d’actrices de haut vol et de fashionistas des premiers rangs. On sent beaucoup de bienveillance et d’amitié à l’idée de découvrir la nouvelle collection de leur copine. Virginie Efira, la nouvelle super star du cinéma français, devise en rigolant avec Arielle Dombasle, et Ludivine Sagnier. Emma de Caunes est déjà assise à sa place, non loin de Bruno Frisoni (Roger Vivier), et Vincent Darré. Le clan Favier – Dufour est presque au complet avec la pétillante Mathilde Favier (Dior), sa soeur Victoire de Castellane la créatrice de Dior Joaillerie, et leur oncle Gilles Dufour. Côté mode, Mademoiselle Agnès a embarqué son Loïc Prigent, certainement pour préparer leur prochain “Habillé pour…” (sur Canal +) et Hamish Bowles (Vogue US) se laisse facilement photographier. Virginie Mouzat, papesse Fashion de Vanity Fair fait des bises à droite à gauche.  Le show commence dans les salons du 1er étage du Théâtre du Châtelet: des silhouettes très 70’s, des jolies filles, des vêtements wearable qui font envie, des chemisiers, des robes du soir. A sa sortie, la belle Vanessa Seward a l’air heureuse et ses amies dans la salle aussi !

A suivre ….

François