Mode

From Paris to NYC #18 : Déclaration de la Femme chic et du citoyen

 Les accessoires incontournables : la Déclaration de la Femme chic et du Citoyen

Dans la réalité fashion, notre correspondante Americaine dresse la liste idéale des must have auxquels chacune des femmes devrait avoir droit !

« Toutes les femmes naissent libres et égales devant les accessoires ». Si on me donnait la charge de rédiger la première Déclaration de la Femme chic et du Citoyen, ce texte en serait le premier article. Je ne sais pas si c’est le contexte électoral qui m’inspire mais pour commencer l’année, j’ai envie d’être constructive et de poser la question suivante : si je devais faire la (cauchemardesque) hypothèse de me débarrasser de tout, quels seraient les 5 accessoires absolument indispensables à avoir ? Chaque ville a son identité, sa culture et ses codes propres. Quels sont les accessoires qui me garantiront de rester indémodable, et m’assureront une présentation élégante à peu près n’importe où dans le monde ? Et puisque tout ou presque est à portée de clic pour n’importe laquelle d’entre nous, les possibilités sont infinies. Il faut donc choisir avec sagesse en se rappelant que certaines pièces méritent l’investissement si la facture, la qualité et le design en font des incontournables de votre dressing. Attention ça va un peu piquer le portefeuille mais vous n’êtes pas obligées de tout acheter tout de suite. Je vous présente une vision à long terme à adopter (c’est de la langue de bois de politicien, on voudra évidemment tout, tout de suite…).

#1 : La montre. L’accessoire qui ne vous quitte jamais. Il ne sert à rien de tourner autour du pot : Rolex. C’est tout simplement LA marque d’horlogerie qui traverse le temps et les espaces sans trembler. Il faut juste faire attention de ne pas en acheter une fausse. Travaillez la nuit si il le faut, ça vous regarde, mais sans vouloir vous parler de la deadline des 40 ans que Monsieur Séguéla a imposé à tout le monde, ça va être dur d’y couper.

 

 Campagne Rolex femme

#2 : Le sac. Il va falloir gérer la « love/hate relationship » qui vous lie à lui. Il le faut bien construit, solide, pour qu’il encaisse quotidiennement et sans broncher le bourrage en tout genre de bouteilles d’eau, portefeuille, lunettes de soleil, etc. A celles qui pensent qu’il est plus sage de maltraiter un sac cheap, je réponds qu’il est au contraire plus sage d’investir dans un sac qui ne se laissera pas démonter et qui vous accompagnera sur la durée. Les Kelly de ma grand-mère sont toujours fidèles au poste dans leur placard. Et si vous n’êtes pas prêtes de vous ruiner chez Hermès, ou que votre grand-mère était une précurseur du véganisme qui avait aboli le cuir, je vous invite a découvrir la marque Newyorkaise Mansur Gavriel : du beau cuir, des lignes simples et fashion.

#3 : Les boucles d’oreille. Une fois encore votre portefeuille risque de me haïr, mais c’est vrai que la paire de diamants reste difficile à battre (ne paniquez pas on n’a dit que c’était pas tout tout de suite, c’est du long terme !). Si vous êtes chanceuse et que vous possédez déjà des clous d’oreille en diamant, rien n’empêche d’investir dans une paire plus grosse ou de rechercher une paire avec un twist que vous porterez aussi bien en journée que le soir, type dessous d’oreille ou petite dormeuse (attention pas de chandelier). La fameuse reine du tatouage NY Maria Tash a une collection de studs à tomber, vous la retrouverez à Paris chez HOD.

#4 : La ballerine. Le modèle intemporel inspiré des chaussons de danse n’est plus à présenter et ma préférée reste encore et toujours la Miu Miu. Ou pour consommer français : Repetto. C’est un peu ma madeleine de Proust qui me transporte a mes cours de danse classique salle Pleyel : symbole de simplicité et passion, c’est tout ce qu’il faut à un accessoire pour durer.

#5 : L’écharpe. J’ai souvent entendu ici qu’on reconnaît les français parce qu’ils portent des écharpes quel que soit le climat. Je ne sais pas trop si c’est vrai. Mais chose sûre, l’écharpe fait clairement partie de l’ADN de mon dressing. Et là encore, même si les marques traditionnelles en font à des prix abordables, afin de ne pas finir avec une écharpe rêche ou qui s’effiloche, il faut miser sur de la qualité. On essaiera de ne pas succomber à la laine shatoosh parce que c’est interdit et contraire au respect de l’environnement, mais rien de choquant de casser sa tirelire pour une indémodable écharpe Burberry par exemple.

Voila qui nous donnera la motivation de travailler tous les jours jusqu’à la fin de l’année (au moins !)

See you next week !