Mode

From Paris to NYC #7 : Rencontre avec Anne-Gaëlle Van de Weghe (AVJD)

 AVJD CAMPAGNE / Sarah Mark chez Anne-Gaëlle Van de Weghe

On me pose souvent la question “comment fais-tu pour vivre à Manhattan, c’est bruyant, c’est sale, c’est fatigant, ça sent mauvais etc.”. Dans une certaine mesure, ces interrogations sont d’ailleurs légitimes. S’il fallait retenir une réponse et une seule, je choisirais: l’Energie. Il y a ici une énergie que je n’ai encore retrouvée nulle part ailleurs. Tout le monde la ressent, certains l’apprécient, d’autres la redoutent ou la fuient. Moi j’y suis accroc. Et quand j’essaie de m’expliquer quelle en est la source, je revois mes cours de physique, le principe des atomes qui s’entrechoquent et l’énergie monstrueuse que ça génère. J’ai l’impression que la logique est similaire ici : terre de migration, pole d’attraction mondial, tout le monde est pris dans cet accélérateur de particule, se déplace, se rencontre, se bouscule. C’est précisément ce choc permanent et aléatoire entre les gens, caractéristique de la vie ici, qui crée je pense cette inimaginable énergie. De temps en temps, il y a une rencontre qui sort du lot, et c’est une de ces rencontres typiquement new-yorkaises que je voulais partager avec vous.

Anne-Gaëlle Van de Weghe est belge. Aventurière, elle vient s’installer à New York en 2005 pour travailler au département d’art contemporain d’une grande maison de vente aux enchères. Alors qu’elle vit pleinement sa passion pour l’Art, elle rencontre Christophe un grand galeriste qui deviendra son mari. Mais vivre d’Amour et d’Art ne lui suffit pas. Fan de mode, elle décide de relever le défi de la création et lance une collection capsule pour ces femmes comme elles, toujours “on the go”. C’est dans une ambiance survoltée ou les clientes se pressent, que Anne-Gaëlle me reçoit chez elle pour une après-midi feutrée dans son hôtel particulier de l’Upper East Side afin de m’en dire plus sur AVJD, sa toute jeune marque. Encore que puisqu’il s’agit d’une collection capsule “one shot”, je ne suis pas sure que “marque” soit le terme adapté mais qu’importe.

 

Il est 16 heures. Anne-Gaëlle m’ouvre les portes de sa townhouse habillée en tenue décontractée de sa propre collection. Elle me raconte son parcours, ses inspirations pour cette collection unique juste pour l’hiver 2016, empreinte d’art, d’architecture mais surtout de cette urbanisme omniprésent typiquement new yorkais. Anne-Gaëlle a tout de la femme d’aujourd’hui.

 Anne-Gaëlle Van de Weghe

Si elle shop essentiellement sur Internet, son truc en plus pour s’habiller: les Trunk show qui lui permettent de se procurer les pièces de designers quasiment à la sortie des défilés – qu’elle suit d’ailleurs de très près. Son dressing est un savant mélange de jeunes créateurs et de designers établis comme Miuccia Prada (surtout Miu Miu) qu’elle affectionne particulièrement. Mais son style ne s’arrête pas au vêtement, tout comme l’art, elle collectionne les chaussures et les accessoires. Elle a un gout très prononcé pour les bijoux fantaisie et me montre même, avec une délicieuse candeur, son porte-clef Hello Kitty qui ne quitte pas ses sacs a main. Intérieurement j’entendais cette petite voix qui me soufflait “si sa collection est ne serait-ce qu’un tout petit peu a son image, je sens que ça va me plaire”. Ca n’a pas manqué!

 Sarah Mark chez Anne-Gaëlle Van de Weghe
 Sarah Mark chez Anne-Gaëlle Van de Weghe

Le défi était de créer une collection pour répondre à ses envies et à son style à la fois décalé et élégant, tout en conservant cette pointe de “happiness” et d’humour. Pour elle la mode doit se porter du soir au matin, parce que la new-yorkaise ne sait jamais ce que la journée va lui réserver. Matières bling, lurex, paillettes, fausse fourrure ou jacquard se portent avec des baskets et un jean lorsqu’elle dépose ses trois enfants a l’école ou avec une paire de talons hauts le pour sortir faire la fête. Ses clientes: des copines du monde entier, prêtes à laisser au placard l’inoxydable petite robe noire du soir, afin d’oser le pantalon large en lurex à la coupe étudiée, et le haut légèrement oversize aux manches cloches qui fait sa signature. Un peu excentrique et originale, fun et facile à porter, c’est une collection unique, exclusive, avec peu de pièce.