Mode

Interview 10 minutes AVEC… Sylvia Toledano

 Interview 10 minutes AVEC… Sylvia Toledano

Découvrez la créatrice de Bijoux Sylvia Toledano. 

Avec ses bracelets pare-balles, elle va détourner le mal, et s’en faire une arme comme un boomerang, tel est pris qui croyait prendre ». C’est dire si elle ne rigole pas notre super WonderWoman, symbole de la femme sexy, puissante, et indépendante.  Etait-ce en pensant à elle que Sylvia s’est lancé dans l’aventure des bijoux Sylvia Toledano? Elle la cite volontiers comme personnage qu’elle apprécie particulièrement.

Née à Paris, Sylvia quitte la France pour l’Afrique, avec sa famille dans son enfance, et y reste jusqu’à ses 16 ans. Passionnée par le dessin, qu’elle pratique depuis l’âge de 8 ans, elle aimerait s’inscrire aux Beaux-Arts, mais son père, resté en Afrique, préfère qu’elle s’inscrive en Droit. Elle l’écoute et termine sa maîtrise de droit des affaires, mais ne continue pas pour autant dans le droit. Elle fait un stage chez Drouot, l’hôtel des ventes aux enchères à Paris, et baigne enfin dans le monde qui lui plait tant : le monde des tableaux et des beaux objets. Autodidacte en dessin et peinture, elle reprend la pratique, au point de devenir peintre…. Un ami marchand d’art dont elle avait fait le portrait aime sa peinture et commence à vendre ses toiles. Son père, rassuré par son bagage académique en droit lui laisse champ libre et lui offre même un chevalet et un boite de peinture pour l’encourager dans cette direction… Chemin faisant, elle rencontre un homme qui devient son mari et la naissance de leurs deux jumeaux l’oblige à mettre de côté la peinture. Elle ouvre ainsi la voie à une nouvelle étape de sa vie qui deviendra décisive. Collectionneuse de bijoux vintage qu’elle trouve à Drouot, Sylvia a le sens du style et cultive son intérêt profond pour la mode, les objets et tout ce qui peut rendre une femme élégante. Un jour à New-York en voyage avec son mari, elle mesure à quel point les américaines raffolent des minaudières, cet accessoire mi-sac mi-bijoux censé remplacer le plus classique sac à main, tout en gardant le côté pratique du “range tout” …. Elle décide alors de laisser libre court à sa créativité et de se lancer dans une ligne de minaudières. Le pari n’est pas si simple. Il y a 8 ans, quand l’aventure commence, la minaudière est encore peu utilisée à Paris, et c’est bien avant que toutes les marques de Luxe prennent position sur ce segment (Bottega Veneta en premier lieu qui a fait des minaudières un de ces produits best-sellers). Et voilà donc Sylvia qui, sous une marque qui porte son nom, se lance sur le marché des bijoux et accessoires, en présentant sa première collection de minaudières. Soucieuse de faire vivre ses minaudières dans l’univers de la mode, elle initie dès le départ un mouvement de collaborations avec des maisons ou acteurs incontournables. Elle commence par exemple, dès 2008 par une collaboration avec Didier Ludot, qui tient la mythique boutique de vintage à Paris dans le jardin du Palais Royal, pour le lancement de sa robe “La Petite Robe Noire”. Très rapidement, l’engouement pour les minaudières Sylvia Toledano lui ouvre les portes du Bon Marché, saint-graal des grands magasins dont l’acceptation dans ses rayons vaut viatique. Un mois après, la magazine Jalouse lui consacre une pleine page. 

 Minaudieres signées Sylvia Toledano
 Minaudieres signées Sylvia Toledano
 X-Kiss (blanc), Minaudieres signées Sylvia Toledano
 Minaudieres signées Sylvia Toledano

Ensuite, les choses s’enchaînent, avec son mari, et associé, ils élargissent le réseau de distribution en Europe et dans le monde, et la marque bénéficie d’un “good buzz” comme on dit, par l’intermédiaire des nombreuses stars et people qui portent volontiers les créations de Sylvia : Jennifer Lopez ou Rihanna en premier lieu.

 Rihanna, Sylvia Toledano
 Chiara Ferragni, Minaudieres signées Sylvia Toledano

Et puisque l’aventure ne pouvait pas s’arrêter là, Sylvia a encore quelques tours dans son sac (ou dans sa minaudière) et décline son esprit créatif sur une série de 12 manchettes (en hommage à Wonder Woman ?) qui ouvrent le chemin à une collection plus large de bijoux, boucles d’oreilles, bracelets, colliers…. Il y a 2 ans, ils ouvrent une boutique en propre rue Danielle Casanova dans le 1er à Paris, qui permet à la fois d’attirer les clientes dans l’univers de la marque et de jouer le rôle de showroom pour les présentations à la presse ou aux “influenceuses”.

 Manchette, signée Sylvia Toledano
 Manchettes, signées Sylvia Toledano

Entre temps, Sylvia multiplie les collaborations avec Anne Valérie Hash, avec Azzaro quand Vanessa Seward en dirige la création, avec Guerlain pour qui elle dessine un flacon collector de Shalimar

 Sylvia Toledano, dessine un flacon collector de Shalimar pour Guerlain

La suite, elle la verrait bien dans une deuxième boutique, à Londres, dont le dynamisme ne se dément pas (et surtout pas depuis que la Livre Sterling a perdu de sa valeur face à l’Euro et au Dollar suite Brexit..), et pourquoi pas, elle l’espère, être distribuée à New-York chez Bergdorf Goodman, “un must” dit-elle… même si elle est déjà bien représentée aux Etats-Unis.

Alors Sylvia, qu’est ce que tu nous racontes ?

Ta personnalité en 3 mots ? Artiste, chic, spirituelle…

Tes sources d’inspiration en ce moment ? J’aime beaucoup les talismans, et tout ce qui est “porte-bonheur”, “porte-chance”. Après… j’aime beaucoup aussi le personnage Wonder Woman ! Elle porte des manchettes… un peu comme celles que je fais.

La tendance que tu aurais aimé lancer ? La Robe Mondrian de Yves Saint-Laurent et plus généralement toutes les traces de l’art dans la mode.

La tendance que tu aurais aimé empêcher ? Le total look !

Ton objet fétiche ? Un cristal de roche. Je suis très sensible aux pierres, j’en ai partout chez moi.

Tes créateurs de mode préférés ?  Yves Saint-Laurent, Alexander McQueen, Giambattista Valli

Tes bonnes adresses  ?

Le Bon Marché, où j’ai commencé à vendre mes minaudières.

Sinon je vais souvent chez Colette, on y trouve toujours plein de choses amusantes.

Chez Galignani aussi bien sûr (librairie Rue de Rivoli)

A New York j’adore Bergdorf Goodman

Ton havre de paix ? La mer, un peu partout…

Ton truc en plus ? L’éclectisme.

Et enfin, ton conseil pour la suite ? Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie..

Merci Sylvia !

 Sylvia Toledano & François Pignol