Mode

Wanted : Lilibon, la marque de maillots façon lingerie vintage

 Lillibon, la marque de maillot façon lingerie vintage

En cette semaine électorale, notre correspondante New-Yorkaise Sarah Mark glisse son bulletin dans l’urne et vote pour une humeur summertime avec Lilibon, la marque de maillots de bain dont raffolent les Américaines.

Je ne parlerai pas d’élections. Il n’y aura pas de sondage hasardeux. Aucune référence politique ne sera faite. A 6000km de France, j’ai la nausée de ce climat électoral anxiogène. Alors je n’ose même pas imaginer dans quel état vous êtes. Dimanche sera potentiellement historique, certains feront peut-être leurs valises, d’autres danseront jusqu’au petit matin. C’est pourquoi, j’avais une folle envie de vous changer les idées. C’est le second weekend de Coachella – ce festival de musique pseudo hippie chic qui se déroule en Californie tous les ans – on aurait pu s’amuser à décortiquer les garde-robes de toutes les « instababes », mais puisque je n’y suis pas allée, c’est moins drôle. J’ai trouvé une autre manière de vous faire voyager. On va parler maillots de bain. Il a fait trente degrés le weekend dernier à Manhattan, je me suis donc mise en quête d’un maillot cette semaine. Et quand je veux sortir de mes classiques unis Eres, je fais toujours un tour chez Lilibon.

Lilibon c’est tout ce qu’on aime. Des maillots de bain version lingerie de plage type pin-up des années cinquante. Sexy, vintage, glamour sans jamais être vulgaire. C’est pour la jeune newyorkaise qui part à Tulum, mais c’est aussi pour sa mère qui profite lascivement du bord de mer sauvage de Nantucket.

 Emilie Bon

Comme souvent quand j’accroche sur un item fashion, j’ai à cœur de remonter à la source créatrice, j’ai donc fait la connaissance d’Emilie Bon, la fondatrice de Lilibon. J’aurais aimé essayer de vous en brosser un portrait rapide, mais l’exercice s’est avéré plus compliqué que prévu : une enfance bohème à voyager aux quatre coins du monde aux côtés de sa mère hôtelière, des études de photographie et un job de fleuriste entre Paris et New York, une expérience d’acheteuse pour le célèbre concept store Calypso St Barth, elle se laisse porter au gré de ses rencontres jusqu’à un départ coup de tête un beau matin pour Miami pour se rapprocher des Bahamas qu’elle affectionne et surtout s’adonner à sa passion du maillot de bain. Emilie est une femme du présent. Un esprit libre qui vit au soleil depuis toujours, et pour qui le bonheur c’est déjeuner sur la plage entourée de ses amis en écoutant du reggae. Comme tous ses personnages qui ont tellement voyagé qu’ils en deviennent apatrides, Emilie aime collectionner les objets fétiches, afin d’emporter avec elle les bons souvenirs. Elle trouve son inspiration en chinant des vieux tissus en Italie, dans les marchés aux puces de Brooklyn, ou simplement en se promenant sur les plages de sable blanc et rose.

Lorsque vous serez devant la télé dimanche à digérer les décomptes de voix, analyser les humeurs de tel ou tel QG de campagne, et après avoir reçu le quatrième texto d’un copain de copain qui a lui-même un copain qui travaillerait aux RG et qui vous fait l’honneur de vous communiquer les résultats en avant-première, rappelez-vous qu’il est possible de partir aux Bahamas sur un coup de tête et de lancer sa marque de maillot de bain !

Alors relax, et see you next week !