Mode

Religieuse mais pas croyante

 Dolce Gabbana Défilé

Initialement réservés aux fidèles, les symboles religieux se sont progressivement invités sur les bracelets, colliers et boucles d’oreilles des plus nombreuses, et moins croyantes. Et en dépit des polémiques, on les porte aujourd’hui sans complexe. Et sans chercher à afficher sa foi. Médaille, croix, main de fatma, OM boudhiste, ou Nazar boncuk (l’œil bleu turc) si certains restent connotés, d’autres se sont démocratisés. Mais comment les porter sans passer pour une bigote ?

On les choisit discrets /
Respect oblige, on mise sur les petits bijoux et on les porte comme des détails. On oublie donc l’immense croix ou l’énorme étoile de David et on opte pour un bijou fin et secret qu’on porte au bout d’une longue chaine en or, au poignet, enfilé sur un fin ruban de couleur pour casser le look nonne, ou aux oreilles. Côté médaille, on peut jouer le oversize mais à condition que la dite médaille reste simple et passe, de fait, pour un bijou laïc, ou acheter directement une médaille laïque (représentant l’arbre de vie ou la colombe de la paix par exemple). Nombreux sont les créateurs qui vendent, dans des boutiques moins religieuses que branchées, des bracelets fins ornés d’étoiles, de croix ou de croissants en nacre dont le jeu des couleurs et des formes empêche d’y voir une profession de foi.

On mise sur la qualité /
Second impératif, on joue le côté bijou à fond. Les médailles Yann Arthus Bertrand, les nouvelles croix percées Dinh Van ou les chapelets tibétains sertis de turquoises font l’éloge, non de la religion, mais de la beauté. On cherche donc d’abord le style, l’harmonie des couleurs et la qualité. Croix en or fin, main de fatma sertie de diamants ou œil bleu en or blanc, on traque la perle rare chez les créateurs.

On en porte plusieurs à la fois /
C’est le vrai chic et le plus beau manifeste actuel ; porter plusieurs symboles religieux à la fois pour se souvenir que les religions doivent rassembler, non opposer. Nazar boncuk, étoiles de David, croix catholique et protestante, on peut en mêler plusieurs à son poignet, en porter sur des colliers de longueurs différentes, ou simplement alterner. Certains créateurs font d’ailleurs aujourd’hui des bijoux sur lesquels s’invitent les signes des trois plus grandes religions, pour encourager à la tolérance. Et s’il y a bien un message à faire passer grâce à nos parures, c’est celui-ci.