Mode

Sainte ceinture

 source honestlywtf.com

Il est des accessoires qu’on n’oublie parfois et qui font pourtant toute la différence. La ceinture en fait partie. Capable d’habiller les tenues les plus simples, de twister un ensemble discret, de souligner la taille ou de faire à elle seule un look structuré, elle n’est plus cantonnée à son rôle premier ; tenir notre pantalon. Au contraire, la preuve par trois.

1 / L’option classique, portée sur un pantalon, une jupe ou un short pour souligner la taille et soigner son look. 

Avec le retour des looks minimalistes et simples, la ceinture a plus que jamais sa place autour de notre taille. Simplement glissée sous les passants d’un jean brut, d’une jupe en jean ou en coton, ou d’un short, elle habille immédiatement les tenues les plus casuals en leur apportant une finition raffinée. On choisit une ceinture assez fine, en cuir ou en daim, qu’on ajuste à sa taille, et on choisit la couleur en fonction de l’effet recherché. Pour un look naturel et simplement chic, on mise sur les noirs, marrons et gris foncés, pour apporter une touche de couleur, une ceinture rouge ou bleue, et on fait attention aux boucles qui font la différence. Côté forme, les ceintures plates sont atemporels, là où les ceintures tressées apportent un côté bohème, parfait pour les tenues estivales. Enfin, pour les tailles de guêpe, on la porte sur un jean taille haute, avec une boucle en argent pour souligner la silhouette.

2 / L’option modeuse, portée sur un vêtement pour afficher son style. 

C’est la tendance depuis des années ; porter sa ceinture sur ses vêtements pour faire d’un simple manteau ou d’une petite robe une pièce structurée. Envie de chiciser un gros manteau de laine grise ou de cintrer une robe pour souligner ses formes ? Rien de plus simple. Et la ceinture faisant ici le look, on se lâche sur les modèles, les formes, les tailles et les couleurs. On oublie les ceintures droites et standards et on se jette sur les maxi-ceintures et les ceintures kimonos, à porter sous la poitrine, et on mise tout sur les détails et la matière ; en daim, en cuir, de couleurs ou sobre, à double tour, en cordages à nouer ou en soie, large et épaisse, ou en métal,  on part de sa ceinture pour faire son look. Et on la porte sur tout ; une chemise oversize, un manteau long, une veste qu’on ajuste, un long gilet de cashmere, un poncho, une robe bohème ou un jupon taille haute. Les règles clés ; on coordonne les couleurs et on la porte sur un vêtement naturellement large mais jamais sur une tenue moulante. Et enfin la dernière ; on se lâche ! Rouge, en cuir, tressée, kaki façon taille de guêpe, on ne s’interdit rien.

3 / L’option précieuse, portée comme un bijoux. 

Rien de plus sexy qu’une fine chaine d’or rehaussée de quelques pierres et portée sur une robe pour aller danser. Attention, on ne parle pas ici des ceintures à strass ou à paillettes bon marché qu’on réserve aux déguisements, mais de véritables bijoux qui s’affichent comme des bagues à nos tailles. Qu’il s’agisse de multiples pièces d’argent (façon ceinture marocaine), d’une chaîne en or assortie de pendants ou de perles,  d’un lien de cuir terminé par deux longues pampilles, d’une ceinture drapée faite de plusieurs chaînes, d’une ceinture serties de turquoises ou d’une ceinture à œillet, le plus important est de ne pas lésiner sur la qualité. Exit les ceintures cheap en simili cuir et fausses pierreries, on s’offre un vrai bijou et on la choisit fine pour miser sur la discrétion. On la passe sur une robe bustier, une jupe unie ou une robe près du corps, ou sur un pantalon large, en la nouant très haut (sur la ligne empire, sous la poitrine). Et pour un style plus décontracté chic, sur un pantalon de lin blanc ou de coton très fin, assez basse et largement portée. Enfin, on tire un trait sur les ceintures bling bling affichant ostensiblement un cigle (et un montant d’achat), les vrais bijoux taisent toujours leur origine.