Mode

Sur mesure

 Défilé Alexandre Vauthier, Haute Couture Hiver

Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas s’offrir une robe couture qu’on va se priver de s’inspirer des défilés pour s’habiller. Au contraire. Des merveilleuses robes vaporeuses Giambattista Valli au Punk déstructuré de Maison Margiela en passant par les tailleurs revisités Armani, Dior et Chanel, et les amazones conquérantes d’Alexandre Vauthier, voici les tendances automne-hiver qu’on retiendra. Pour mieux se les approprier !(Retrouvez toute la sélection  de la rédaction en images à la fin de l’article)

Les silhouettes : vestes immenses chez Margiela et Vêtements, tailleurs aux manches et pantalons coupés court chez Chanel, robes asymétriques sur lesquelles s’invitent des nœuds et des bandes de tissus chez Vauthier et Versace, manches allongées chez Dior ou robes de tulles et d’organza chez Valli, bustiers nombreux, la femme couture 2016-2017 est féminine, sûre d’elle et moderne. On pique l’effet déstructuré présent chez tous les couturiers, on remonte nos manches de tailleur, raccourcit les robes en faisant gonfler les volumes, et on joue l’asymétrique dans tous les sens, en haut et en bas. Je répète, on dé-stru-cture et on multiplie les superpositions pour réinventer les coupes classiques.

Les matières : Côté matières on mise sur les textures royales : soie, laine, tweed, velours, cuir toujours, mais aussi tulle, satin et organza. Les matières sont nobles mais légères, plissées et libres. On porte son manteau de laine repiqué de satin ouvert et immense, pour s’y enrouler, on s’envole dans les robes aériennes d’Iris Van Herpen, et partout, toujours, on pare les tissus  de bijoux, de paillettes, de sequins, de broderies. Traduction : on porte nos vêtements amples en faisant attention au tissus ; pas de rigidité mais du volume et de l’ampleur. Et même en hiver on ose les matières d’été, légères, qu’on habille de bijoux.

Les couleurs : sombres, mais élégantes et harmonieuses : kaki, or, roux chaleureux (chez JP Gautier), bleu nuit et métal sage chez Schiaparelli, noir intense chez Dior ou blanc nacré chez Valli, on garde les teintes classiques et sobres qu’on casse avec des couleurs fortes (orange flash, bleu pétrole) ou pastel (mauve satin et rose doux). Là encore on déstructure en jouant sur les contrastes de couleurs pour faire ressortir les superpositions.

Les détails : Les cuissardes en plastique de Margiela, qu’on retrouve en cuir chez Chanel et Vêtements. Les mitaines chez Dior, mais qu’on portera comme chez Chanel, avec une veste à manches courtes. La ceinture à œillets de chez Alexandre Vauthier. Les créoles XXL chez Atelier Versace. Les micro lunettes rondes et noires chez Armani Privé. Le ruban Chanel dans les cheveux, surmonté d’un énorme chignon. La chemise ou le t-shirt à-demi rentrés dans le pantalon comme chez Vêtements. Les escarpins très haute couture d’Iris Van Herpen.