Mode

Trait portrait : Elsa Muse, une femme en «vies»

 Elsa Muse

Contexte : Salon du Who’s Next à Paris, 15h30, Paris fin septembre.

J’avais rendez-vous avec Elsa pour « plus » qu’une interview. Nous allions parcourir le salon parmi les milliers des marques représentées. L’objectif  : qu’Elsa trouve deux silhouettes qui pour elle incarneraient les futures tendances. Première information pour moi, Elsa ne court pas après le dernier look, la dernière tendance, mais elle « s’attache » à se « détacher » de tout ce que la mode veut « imposer » pour ne « poser » qu’avec ce qu’elle entend durer. Alors pour tout vous dire, son choix s’est fait en 15 minutes. Elsa sait ce qu’elle veut, sait ce qu’elle cherche.

Créative, récréative, habitée, différente, « la muse » est aussi inspirée qu’inspirante. Elle a ce truc en plus, cette baguette magique, cet effet « Supercalifragilisticexpialidocious »…. qui a ce pouvoir de transformer un DIY classique, en pièce qui donne l’impression d’être tout droit sortie de chez un créateur tendance. Elle sait rehausser le réel d’un ton comme dans ses videos stop motion ou elle donne vie aux choses.

On pourrait décrire son blog comme un véritable bijou, un « Objet Vlogant Non Identifié » à l’univers inspirant et addictif. Au fil du temps, au fil des créations, son univers s’est dessiné et ce qui n’était qu’un passe temps est devenu une vraie petite fabrique à images ludiques et décalées !

« Trait portrait » d’une blogueuse pas comme les autres. Coup de coeur pour ses choix mais coup de foudre pour la femme.

 Elsa Muse

1 / Faisons un voyage dans le temps. Comment es-tu devenue blogueuse ? Et d’ailleurs est ce que blogueuse est le bon terme ? 

Blogueuse c’est un peu restrictif, car ça réduit les choses à animer  simplement un blog alors qu’aujourd’hui je fais plein de choses très différentes. Même si le blog est une vraie colonne vertébrale de mon travail et que j’essaie de poster un maximum ( et ce n’est pas assez !). Mon envie est de multiplier les activités et les choses différentes tout en restant dans mon univers créatif. J’étais chef de produit dans le secteur des cosmétiques, je suivais énormément de blogueuses. J’ai créer mon blog comme un espace, un support récréatif lorsque la tendance des DIY a émergé.

 Elsa Muse - DIY
 Elsa Muse - DIY

2 / Comment as tu défini ta ligne éditoriale ?

Le blog s’est professionnalisé petit à petit, en voyant les choses où j’étais la plus forte comme les DIY qui ont cartonné très vite. Beaucoup d’articles reprenaient ce que je faisais et grâce à ça j’ai commencé à générer plus de traffic sur mon blog et j’ai réussi à fidéliser les lectrices. Comme mon copain n’étais pas du tout intéressé par ça,  il n’avait pas du tout envie de s’investir contrairement à beaucoup de blogueuses. Mais grâce à ça, j’ai du travaillé avec des photographes professionnels. J’ai fait beaucoup de rencontres grâce au magazine Paulette, avec lequel je collaborais depuis 4 ans. Je m’occupais de la rubrique DIY donc je faisais à chaque fois des rencontres pour le blog. C’est comme ça que j’ai réussi à faire du blog un espace qualitatif.

3 / Ton univers en images ?

Pendant un an avec l’Agence Maison Tsay, nous avons fait un travail de réflexion sur le positionnement sur l’identité. Et il en est ressorti la nouvelle identité Elsa Muse avec les couleurs primaires et 3 formes qui reprennent (ma mâchoire carrée, le gros sourcil, et ma bouche rouge). « Les couleurs primaires, elles représentent l’AMUSEMENT, l’enfance, mais c’est aussi les couleurs à la base de la CRÉATION avec lesquels on peut faire toutes les autres couleurs ». Et à partir de ces 3 formes on en a fait des imprimés, des déclinaisons. Les couleurs primaires c’est la base de l’amusement, avec lesquels on peut faire toutes les couleurs.

4 / Comment gères tu ton rapport avec ta communauté ?

J’essaie de répondre le plus possible… »C’est une communauté très parisienne, majoritairement entre 25 et 35 ans . Ce sont des personnes exigeantes difficiles à faire réagir, qui aiment les belles choses, cherchent l’inspiration, les nouveautés. J’essaye de les inspirer avec des contenus créatifs, qualitatifs et différents le plus possible.  »

5 / Le stop motion qui est une véritable signature créative de ton travail, tu y es venue comment ?

Via Vine en fait, car l’on pouvait faire des petites animations. j’ai commencé à en faire dans ma chambre avec des petites figurines. Je me suis passionnée pour ça ! C’est devenu un élément ADN de mon blog.L’agence est venue vers moi bien avant les stopmotion.

❤️ mon petit pull aguicheur @soniabysoniarykiel ???? #justakiss #elsadore #stopmotion #boobs ( activez le son ! )

Une vidéo publiée par Elsa Snakers (@elsamuse) le

Happy Easter ???????????????????????????? / photographe @anna_rakhvalova #elsamuse

Une photo publiée par Elsa Snakers (@elsamuse) le

C’est une agence qui est venue vers moi, pour me proposer de monétiser le contenu. Et aujourd’hui, j’ai réussi à professionnaliser ces formats, en collaborant avec des marques qui m’en commandent. Ce qui m’a permis de ne plus avoir deux métiers et de pouvoir vivre de ma passion : mon blog et ses activités associées. J’ai voulu prendre le risque !

6 / La dernière collaboration ?

Majoritairement je travaille pour la mode, les cosmétiques mais la toute dernière collaboration c’est pour la marque Suze qui a un univers hyper décalé, un esprit vintage très drôle, et je trouvais que ça collait bien à mon univers. J’ai fait la création de la bouteille de fin d’année, c’est une bouteille DIY à colorier. (sortie dans tous les supermarchés le 23 novembre). Pour ce projet j’ai recruté une petite équipe de talents avec qui j’ai travaillé. Une sorte de « Studio mumuse » éphémère. J’aime énormément rassembler des gens différents autour d’un projet commun. C’est tellement enrichissant ! Sur le projet Suze j’ai travaillé à nouveau avec mes amis de chez Maison Tsay, mais aussi Lena Piroux et Maxime Bessieres. 

7 / Qu’est ce que tu n’as pas fait que tu souhaiterais faire ?

Tellement de choses… Des collections capsules.. J’ai un petit peu commercer à le faire… Mais j’aime l’idée de marier l’univers d’une marque avec le mien.

8 / Est ce que c’est comme les petites culottes que j’ai repéré sur ton blog ?

Non ça c’est un projet perso que j’ai fait avec une copine. C’était un mini lancement de marque. Mais c’était plus un délire qu’une vraie volonté de créer ma marque. L’idée nous est venue car aucune marque de sous vêtements ne vous proposent des dessous qui correspondent à votre façon de vous épiler.  On choisit son modèle de la façon dont « on porte » le poil. (Rires) Ce sont des trompe l’oeil… C’est de la broderie découpée. Nous avons appelé la première collection : « 5 fruits et légumes par jour » (fraises, brocolis, radis, etc). Bref l’idée est de s’amuser avec un sujet qui pourrait paraitre tabou.

 Elsa Muse

10 / Dans 5 ans tu te vois où et comment ?

J’aimerais bien continuer à faire de jolies collaborations de plus en plus créatives et impliquantes (collection capsule, packaging) avec les marques.

9 / Qu’est ce qui t’ inspire ?

Instagram c’est pour moi une vraie source d’inspiration (artistes,marques, créateurs, magazines, mannequins,…). Ca me nourrit beaucoup. Je ne sais pas comment je ferais sans Instagram. Au niveau des marques : je craque pour Carven, Red Valentino, Kenzo…allez jetez un oeil sur leurs Instagram comme les story telling de Kenzo… vous verrez !

10 / Tu as choisi deux looks au salon Who’s Next en une vitesse éclair qui pour toi incarnent les tendances à venir. Pourquoi ces choix ? 

Je vais vite parce que je sais ce que je veux, ce que je cherche. J’ai choisi deux looks avec du jean. Je suis très unisexe en ce moment. Code que j’ai d’ailleurs adopté dans la beauté, des codes avec lesquels je me sens bien, bien dans ma peau. J’ai coupé mes cheveux, il y a un an, et j’ai trouvé mon identité grâce à ça. Je me cachais derrière des cheveux longs, dans des looks plus féminins, dans une séduction qui voulait plaire aux garçons en quelque sorte. Maintenant plus du tout : je veux me plaire à moi ! (NDLR : et à voir l’évolution, le superflu, à laisser place au brut, au simple qui te rende bien plus sexy ! Les filles, on n’ose pas toujours, mais le résultat et je suis sûre que vous êtes d’accord: indiscutable ! La plus belle des féminités n’aurait elle pas une décontraction masculine ?) Mes sourcils sont naturels, je mets moins de maquillage, cheveux courts et en fait je me suis rendue compte que ça mettait en avant la bouche, les yeux, les cils, la peau, le sourire. Pour revenir aux deux looks que j’ai choisi, ils résument pour moi les tendances :

  • le no genre, on mélange les codes
  • le jean
  • la simplicité  : c’est compliqué de faire simple !

LOOK 1, Salon Who’s Next : 

Crédits : Elsamuse porte : a Fade Out Label jeans outfit (Hall 3 – Stand M33 #wsn16) with a Ruben Galaretta legging (Hall 3 Urban area – Stand M45 #wsn16) and a Collar Swinwear bra (Hall 2.2 – Stand D79 #wsn16). Thanks to Vegetalement Provence for the make up. © Florie Berger

LOOK 2, Salon Who’s Next : 

Crédits : Elsamuse porte : Mané Mané jeans with a Tammy & Benjamin bag (Hall 4 stand H100 #premiereclasse) .Thanks to Vegetalement Provence for the make up. © Florie Berger’.Le designer est Jean Gritsfeld