Mode

Twin set et Match

 Twin set et Match

Comment porter le twin set sans risquer de faire mamie ? 

Allié mode des femmes des années 50’s, porté par Grace Kelly comme Marilyn Monroe, simple, chic et élégant, le twin set a été largement oublié ces dernières années. La faute, peut-être, à Bree Van de Kamp dont le duo gilet/top col haut fut l’uniforme et le symbole de son conservatisme. Pourtant, il existe plusieurs façons de le porter sans risquer de ressembler à une grand-mère ou une républicaine pudibonde, la preuve.

On modernise par le bas  /

Premier principe, on fait bien attention à ce qu’on porte avec pour ne pas jouer la carte vermeille. Exit les jupes longues ou sans forme, pantalons de coton aux couleurs ternes et matières épaisses, et hello jeans brut ou boyfriend, jupes courtes ou midi et pantalons taille haute. On modernise par le bas et on nivelle par le haut en apportant une touche classe et élégante à notre look grâce au fameux duo. On mise ensuite sur le contraste des matières en choisissant un twin set en cashmere, en laine ou en coton, et, en bas, un jean en toile épaisse, une jupe en cuir ou en soie, ou un pantalon de laine ou de flanelle. Enfin, on rehausse le tout en montant sur des talons féminins qui sauront sans problème casser l’effet mamie.

 Alexa Chung

On expose les couleurs /

Loin des teintes pastel ou ternes qui ennuient à elles seules, on mise sur les couleurs flash et incandescentes pour donner de la lumière à notre look, et de la sensualité. Rouge profond, bleu pétant, vert lézard, gris chiné ou même noir, blanc ou beige, mais assortis de quelques accessoires, on se lâche pour impressionner.  Et plutôt que de l’assortir à un pantalon ou une jupe sobre, on joue la couleur en bas aussi (sans trop en faire non plus) sans oublier de miser sur les accessoires, sacs, lunettes et chaussures pour jouer le côté décalé. Dernier allié de taille ; le maquillage. Plutôt que de la jouer preppy sage, on s’inspire des icones glamour des années 50’s (ou de Scarlett Johansson dans Le Dahlia noir) pour se faire une bouge rouge sang ou des yeux de biches parfaits.

 Scarlett Johansson

On joue les imprimés et les détails /

La marque Joseph, il y a quelques années, avait su détourner le twin set et lui redonner ses lettres de noblesses en y imprimant des motifs contemporains et sexy. Et quelque chose nous dit qu’elle ne tardera pas à ressortir ses modèles. Python, léopard, zébré, tacheté ou rayé, les imprimés décalent le twin set et stylisent un look immédiatement. L’autre option : les détails et les matières. Plutôt que de s’en tenir aux combo de laine, de coton ou de cashmere, on fait dans la dentelle, dans la soie ou dans le cuir (en choisissant par exemple un gilet à empiècements de cuir) et on traque les gilets ou top surpiqués de quelques paillettes ou de perles.

 Eric Bompard, détails

On mixe pour mieux matcher /

Ce n’est pas briser l’union sacrée que de dépareiller, loin de là. Le twin set se définit par l’association d’un top et d’un gilet coordonnés, par forcément de la même couleur ou matière. Alors plutôt que de la jouer ton sur ton, on mixe ensemble des pièces différentes : on associe par exemple un débardeur de soie et de dentelles à un gilet de la même couleur, un t-shirt à inscription et un gilet fermé par les premiers boutons, deux couleurs différentes (rouge et noir, beige et vert…), ou un imprimé avec un top ou gilet plus sobre. On joue sur les différences de taille aussi, en mixant par exemple un long gilet et un top plus court, ou un long pull over et un mini gilet. Côté top, on dépareille les matières pour mixer soie et laine, cuir et cashmere, coton et polyester, les combinaisons sont infinies.

 Eric Bompard , imprimé

On le porte de milles façons /

Gilet boutonné dans le dos, ouvert et ceinturé, retroussé et ultra court ou fermé uniquement par les boutons inférieurs, t-shirt retroussé en dessous ou débardeur noué, on joue les stylistes pour sans cesse réinventer l’ensemble en le portant de différentes façons. A vous d’improviser !

Shopping /