Mode

Voyages, Voyages

 Kate Moss Mario Testino Paris, 2013

On a toutes une djellaba bleue ramenée d’un voyage au Maroc, un sari indien ou une paire de bottes mexicaines qu’on était persuadées de reporter une fois rentrées chez nous. Et qui attendent depuis sous un lit ou au fond d’un placard. De nos voyages, on a tendance à ramener tout et n’importe quoi sans vraiment penser à la portabilité ou l’utilité du précieux achat. Pourtant, il suffit de trier pour ne pas se laisser séduire par le premier présent venu, et de toujours bien réfléchir à l’après. Alors, on ramène quoi ?

 Erin Wasson Perou

Des pièces portables et iconiques /

Sari indien, djellaba marocaine, jupon espagnol, bonnet péruvien, à chaque destination sa pièce. Pour ne pas rentrer avec un déguisement, la première règle est de choisir un vêtement simple, pas la tenue entière, et de trouver au moins trois pièces de son armoire et trois occasions dans lesquelles on pourrait les porter. Exit la djellaba donc, et à nous les tuniques marocaines brodées de fils blancs qu’on peut reporter avec un jean, une jupe, ou sans rien sur la plage. A nous aussi, non le sari, mais les sublimes pashminas, qu’on choisit sobres et bien faits. On la joue minimal donc, et on privilégie l’unique, le rare, ce qu’on ne pourra pas trouver chez nous (ou à un prix exorbitant), plutôt que l’exotique. Perles de Tahiti, chapka russe ou kimono de ville, on essaie à chaque fois et on se limite dans nos achats.

 Bottes Ibiza
 Voyage Voyage ! Les trucs à ramener de ses voyages… et dont on se servira vraiment !

Des accessoires déco, pas le décor entier /

Idem pour la déco, plutôt que de vouloir transformer son salon en maison de vacances grecque ou sa chambre en temple indien, on s’en tient à plusieurs petits objets pas trop connotés et différents. Ne pas jouer le total look surtout, mais choisir objet par objet en restant fidèle à sa déco pour les y intégrer. Ce qui compte, ce sont les matériaux, le travail artisanal plutôt que le tampon Made in farfarlointain. On fait également attention aux éléments de déco vus partout et on cherche la perle rare : plutôt que le cendrier marocain, on mise sur leur sublime vaisselle, et si on veut un tapis beni ouarain, on essaie d’en trouver un original. Dans les pays latins, on va chiner chez les brodeuses pour trouver des parures de lit ou des nappes délicates, et partout on se demande de quels éléments de décoration on a vraiment besoin.

 Vaisselle Maroc
 Tapis Beni Ouarain

Des recettes et des épices /

Nos meilleurs souvenirs de voyages sont aussi les expériences culinaires qu’on y fait. Or, on n’y pense peu, mais rien n’est plus simple que de ramener des recettes inédites chez soi pour retrouver le goût de nos beaux jours ou impressionner ses invités une fois rentré. Pour ça, on achète un livre de cuisine ou on demande directement aux cuisiniers ou personnes que l’on rencontre les recettes qu’ils aiment. Et pour être certain de ne pas les louper, on rapporte également les épices et mets divers que ces pays nous offrent et nous font découvrir.

 Paris à tout prix

Des cadeaux à offrir plus tard /

Comme on égrène parfois longtemps après nos photos de vacances sur les réseaux sociaux (#tbt #wannagoback), certains profitent de leur exil pour faire le plein de cadeaux à offrir plus tard. Attention, on ne fait pas ses courses de Noël, mais si un objet, un bijou, un vêtement ou même un livre nous fait penser à quelqu’un à qui il pourrait plaire, on le lui ramène pour son futur anniversaire/diner/mariage ou autres. Et entre nous, il n’y a pas plus délicate attention.

 Souvenir-Pérou
 Souk Maroc
 Souvenir Maroc babouches