Mode

Les talons de la working girl

 Les talons de la working girl

Les talons de la working girl. 

Parmi les légendaires figures féminines, la working girl est la plus réelle et la plus internationale. A la différence de la Parisienne ou de la vampe, la WG est partout et facilement reconnaissable ; femme active, les chemises blanches, jupes crayons et tailleurs sont son uniforme et les talons sa signature. Qu’ils soient haut perchés ou plats, ils élancent sa silhouette et soulignent sa féminité sans rien lui ôter de son sérieux. Mais pour courir toute la journée et enchaîner les rendez-vous, on ne recrute pas n’importe lesquels. A chaque WG ses talons, et à chaque femme sa hauteur.

A plats; le style et l’assise /

Qui a dit qu’il fallait forcément se hisser sur 12 cm de talons pour être chic et féminine ? Derbies, mocassins, richelieus, slippers, ballerines, boots ou sandales fines, les chaussures plates ont non seulement l’avantage d’être plus confortables, mais elles permettent aussi de jouer le look boyish (avec un pantalon noir et une chemise blanche) ou d’oser des souliers stylés pour donner de l’éclat à sa tenue de travail. On mise alors tout sur le détail, la matière et la couleur, pour faire de ses pieds un atout de féminité. Slippers bleu nuit, mocassins en cuir verni, boots rouge ou sandales raffinées, on compense l’absence de talons par l’originalité et la beauté de ses chaussures. On choisit par exemple ses ballerines ornées d’une bride, ses boots à bouts pointus et ouvertes, ou ses richelieus compensées, et on les porte avec des pantalons droits, ou une petite robe simplissime.

Semi-perchée ; féminine et classique /

Pour celles qui sont plus à l’aise légèrement élevées, les talons moyens (de 5 à 10 centimètres) sont la solution idéale. Classiques, élégants et féminins, ils permettent d’allonger la silhouette sans risquer l’entorse, et se portent aussi bien avec des pantalons qu’avec des robes ou des jupes crayons. Pour les novices, on les choisit fermées afin de maintenir le pied, ou à talon carré afin d’être plus stables (et tendance). Pour les plus aguerries, on se jette sur les escarpins (de 8 à 10 cm) qui découvrent l’avant du pied et restent confortables. Côté style, on préfère les escarpins à bouts pointus (et fine bride) pour ajouter une touche sexy, ou on la joue plus sage en optant pour des babies ou des mocassins à talons. L’avantage, leurs talons modérés permettent de les porter avec tout et d’oser un look très féminin (robe serrée, pantalon et chemise décolletée, ou même jean brut) sans risquer d’être vulgaire.  Enfin, pour être au top cet hiver, on se jette sur les cuissardes en daim pour mettre en valeur ses jambes avec élégance.

Haut perchée ; femme fatale sans fard /

Symbole de la femme fatale, les talons aiguilles sont à la fois mythiques et modernes. Et pour qui sait les pratiquer, c’est l’accessoire idéal de la working girl. Elégants, sexy et conquérants, leurs talons hauts et effilés affirment le pouvoir et la féminité de celle qui les porte. On les choisit alors ultra simples, d’une couleur sobre et sans trop de chichi pour ne pas ressembler à une actrice de films X. Beiges, noirs, bleus, le tout est de ne pas en rajouter, et de les porter avec une tenue sobre (tailleur, pantalon fluide, jupe midi ou taille haute) et pas trop près du corps (on laisse à Zahia le look capote en latex). Attention toutefois à ne pas se hisser tous les jours sur des talons trop élevés (au-delà de 12 cm, ça devient de l’escalade), au risque de se faire mal au dos et d’abîmer ses pieds. On alterne donc un jour sur deux avec des talons moins hauts. L’autre solution sont les chaussures compensées ou à talons carrés qui nous hissent au 7ème ciel sans nous casser les pieds. Cette fois, on les choisit très féminines (ouvertes, à brides) et en cuir ou en velours (le liège et la paille restent en vacances), et on fait attention à ne pas porter de vêtements trop amples pour ne pas renforcer le côté lourd des semelles compensées. Enfin, on n’oublie pas les bottes et les bottines qui ajoutent un twist urbain chic à son tailleur.