Mode

Zoom sur Le Cartable

 Zoom sur le cartable

Qui le porte ? /

Nous depuis l’enfance et notre première rentrée, les avant-gardistes de tout temps, et toutes les femmes actives et stylées, surtout depuis que Proenza Schouler et Alexa Chung chez Mulberry l’ont remis au goût du jour. Résolument moderne parce que pratique, unisexe, chic et esthétique, le cartable n’est plus seulement réservé aux enfants. Il s’est adapté et transformé pour suivre la mode et nous permettre de changer du classique sac à main et de trimballer notre vie avec style. Pour les femmes actives, ou les modeuses, c’est l’option idéale puisqu’on peut y fourrer tout ce qu’on veut en s’épargnant la traditionnelle besace ou le sac à dos régressif. Les créateurs s’en sont d’ailleurs emparés, et même les hit girls aux agendas moins fournis l’adoptent pour assumer leur look urbain décontracté.  Exit les deux bretelles d’écolier, il se pare désormais d’une bandoulière ou se porte directement à la main, façon sacoche d’homme.

Quand l’adopter ? /

La journée à l’évidence, pour aller travailler (en y glissant ordi, carnets, trousses et autres délicatesses laborieuses) ou se rendre à un rendez-vous, mais aussi le soir à condition d’ôter sa bandoulière et de le chiciser en y ajoutant un foulard ou un gri-gri, et de le porter à demi vide et à la main. L’avantage, grâce à son look neutre et discret, il s’adapte à tous les styles ; boyish si on le choisit classique en cuir avec une simple poignée et qu’on le porte avec un costume et des derbies, décontracté si on opte pour la besace en cuir et qu’on l’associe à un jean et une chemise fine, plus féminin porté à au bras avec une jupe et un pull fin, ou même de sortie une fois la nuit tombée si on en choisit un au format réduit. Le même cartable peut d’ailleurs s’accorder à tous les looks sans imposer de signature particulière. A nous de choisir ce qu’on voudra lui faire dire !

 Zoom sur le cartable

Lequel on choisit ? /

Le classique et intemporel se pare de cuir (marron ou noir) et d’une bandoulière pour passer partout ; Mulberry, Upla ou encore Louis Vuitton, toutes les grandes marques s’en sont emparés pour le décliner à leur façon. Pour les collectionneurs, on va le dégoter en friperies ou dans des boutiques de luxe vintage, ou on court les vide-grenier où l’on peut trouver de véritables cartables que l’âge a savamment cirés. Si l’on veut ajouter une touche moderne, on le shoppe en couleurs (Proenza Schouler décline le PS1 en bleu électrique, vert, rouge, jaune etc.) et on varie les matières, tissu et cuir, daim ou même à poils.  Côté forme, tout l’intérêt réside dans la bandoulière qui le rend pratique, mais on fait attention à ce qu’elle soit amovible pour pouvoir le sortir le soir venu en l’accessoirisant, ou pour pouvoir le porter à la main les jours plus légers. Enfin, pour les nostalgiques, on peut s’essayer aux bretelles mais à l’unique condition de ne les employer qu’à titre décoratif et de ne pas les enfiler (le monde a déjà assez à faire d’un Steve Urkel).

Et voici la sélection de la rédac’ /