Mode

Zoom sur le manteau long

 Zoom sur le manteau long

Manteau long, n. m ; Vêtement à manches longues et descendant jusqu’aux genoux ou aux pieds, boutonné devant, que l’on porte à l’extérieur pour se protéger du froid.

Qui le porte ? 

Dès l’automne, toute parisienne qui se respecte, et de préférence les femmes de plus d’un mètre soixante, la longueur du manteau pouvant « tasser » la silhouette. Côté style en revanche, le manteau long n’est pas l’homme d’une seule femme. Caban, trench, parka, peignoir, peau lainée, il se décline à l’infini et répond à toutes nos envies. Preuve en est, les sœurs Olsen en raffolent autant que le clan Kardashian, Victoria Beckham en a fait sa signature et les outfits de Sex and the city ne seraient rien sans lui. Parce qu’il ajoute une touche chic sans effort, et qu’il nous protège du froid, c’est la pièce basic à shopper.

Quand l’adopter ? 

Les saisons froides, on ne le quitte plus. Autrement plus chic qu’une doudoune, et plus chaud qu’un trench ou qu’un blouson, élégant, simple, passe-partout et sans prétention, il se porte aussi bien sur un jogging ou un jean boyfriend le week-end que sur un pantalon de laine pour aller travailler. Et pour aller danser en jupe ou en robe sans risquer d’avoir froid ou d’oser des superpositions douteuses (le combo jupe ou robe/ manteau court n’étant pas des plus flatteurs pour la silhouette et le look), c’est l’option idéale. Il habille un simple jean, souligne une combi, réchauffe une petite robe, soigne les looks des working girls, couvre les pulls fins et sublime les cols roulés. Le passeport en zones froides.

Lequel on choisit ?

Celui qui nous ressemble et qui conviendra à nos looks diurnes et nocturnes. Avant d’investir dans un manteau long excentrique, à franges, rose ou orange, autant miser sur une couleur et un modèle qui pourra nous habiller en toutes circonstances. Les manteaux peignoirs ou à boutons, gris, noir ou beige, restent des intemporels sans risques. Pour un look plus affirmé, on le shoppe en blanc, kaki, ou carrément en rouge. Pour la coupe, les ulsters (à double boutonnage), les chesterfields (coupe droite et boutonnage caché) ou les cache-poussières (au col ample et très long) habillent en un rien de temps et ne passent pas de mode. Cette fois, c’est moins la couleur que la matière qui fera la différence. Tweed, cashmere, laine, fourrure ou cuir, on préfère les matières naturelles aux synthétiques qui résistent moins longtemps, dont les couleurs passent plus rapidement et qui tiennent moins chaud. Enfin, on mise sur la simplicité plutôt que sur les détails ou les coupes trop structurées pour ne rien perdre de son élégance. Et si on opte pour un imprimé on la joue sobre en choisissant des teintes unies et sobres. Le truc en plus : le prendre un peu grand pour le porter ample et ne pas se sentir engoncé sous ses trente pulls les jours de grand froid. Et le cintrer avec une jolie ceinture pour un look plus habillé.