Mode

Zoom sur Le trench

 BRIGITTE BARDOT, 1963

Trench-coat, n. m ; Imperméable croisé, ceinturé, avec col à revers et bavolets de dos et de poitrine.

Le trench est à la Parisienne ce que la cape est à Superman. Accessoire indispensable et arme fatale (de séduction), il est le symbole de l’élégance décontractée. Bon, on n’omettra de dire qu’il fut initialement créé par Thomas Burberry, en Angleterre donc, et qu’il doit son nom à la guerre de 14 puisque Trench-coat signifie « manteau des tranchées ». Et on se souviendra plutôt que c’est YSL qui l’a porté haut en en faisant l’une des pièces phares de sa collection Rive Gauche dans les années 60. Enfin, on n’oubliera évidemment pas de le porter, mode d’emploi à l’appui.

Qui le porte ? /

A l’origine, les soldats, pendant la guerre des tranchées. Mais très vite, une fois la paix revenue (et la pluie installée), les Européens puis les Américains, hommes et femmes confondus. Après Humphrey Bogart dans Casablanca en 1942, les vedettes glamour s’en emparent, Greta Garbo, Marlene Dietrich, Lauren Bacall, Audrey Hepburn, et le trench gagne son passeport international. Mais depuis, on le retient surtout comme la pièce phare des Parisiennes dont Inès de la Fressange est l’ambassadrice, et comme le hit de la marque Burberry dont l’imprimé pare l’intérieur des plus chics et habille les modeuses UK, de Alexa Chung à Kate Moss en passant par Emma Watson. Beige pour les puristes, les modeuses traquent le léopard dont YSL l’avait couvert là où les anglaises fuyant la pluie le portent en noir et en vinyle. Et depuis que les créateurs et les grandes marques le déclinent dans toutes les couleurs (bleu marine, rouge, blanc…), et toutes les matières (toile épaisse, coton fin, cuir) on se demande qui n’en pas au moins un.

 

Quand l’adopter ? /

C’est son super pouvoir,  on peut le porter absolument tout le temps. Idéal au petit matin, enfilé sur un jean et un t-shirt pour aller chercher les croissants, il fait partie du vestiaire idéal de la working girl autant que de celui de la couche-tard. Tout dépend de la façon dont on le porte, de la forme, et de la matière, qu’on choisit. Pour un look féminin décontracté, en journée, on le choisit beige ou noir, et on le porte simplement noué à la taille avec un jean et un pull fin, une petite robe ou une jupe et une chemise. Pour aller travailler, par temps de pluie ou pas, on le choisit plus structuré, en toile épaisse ou fluide (s’il fait chaud), de couleur sobre et en boutonnant un ou deux boutons, ou en nouant sa ceinture à l’arrière pour le porter ouvert mais cintré. Enfin le soir, on ne l’oublie pas pour sortir diner ou danser, à la fois élégant et tendance, il apporte une touche chic à une petite robe, un ensemble pantalon/top ou même un jean, pour les diners décontractés comme les sorties improvisées. Côté calendrier, sa longueur et son épaisseur en font le parfait allié des mi- saisons, mais on peut aussi le sortir en été en le choisissant dans une matière fluide et légère et une couleur douce, ou au début de l’hiver paré de quelques empiècements en cuir.

 

Lequel on choisit ? /

Celui qui nous ressemble. Le plus tout-terrain est le trench classique, beige, en coton, hit pièce de Comptoir des Cotonniers et Burberry, long évidemment, qu’on peut aussi bien porter la journée que le soir. Pour les plus rock, on le choisit avec des empiècements en cuir, noir et en vinyle, ou carrément en imprimé léopard façon YSL. Pour les sensuelles, on joue le rouge et la longueur, et pour l’été et les jours plus doux, on le shoppe en matière fluide et à double col, dans un gris perlé ou une couleur pastel. Enfin, pour un look marin chic, on le choisit bleu marine, plus court (version cabas de coton), ou en polyester et très long, à porter avec un jean et une marinière, un tailleur gris, ou un pantalon 7/8 et un gros pull court.